Les professionnelles du cinéma profitent du Festival de Cannes pour avancer sur l'égalité et la parité

Au Festival de Cannes, les actrices, réalisatrices et professionnelles du cinéma  ne veulent plus jouer les figurantes. Une charte en faveur de la parité hommes/femmes a été signée lundi 14 mai après une manifestation samedi.

France 3

Elles ont profité des lumières du Festival de Cannes et de leur notoriété pour délivrer leur message : stop aux inégalités hommes/femmes au cinéma. Une industrie où les femmes sont moins payées que les hommes. Exemple édifiant : une réalisatrice est payée 42% de moins que son homologue masculin, selon le CNC. Les femmes sont souvent sous-représentées dans les métiers du cinéma.

"Il faut arrêter de suivre"

Pour Agnès Varda, la parité est possible. Elle l'a prouvé dès 1976. Mais les tournages paritaires d'Agnès Varda font figure d'exceptions. "Dans l'inconscient collectif, la femme ne sera pas leader, elle suit. C'est fini. Il faut arrêter de suivre", déclare Murielle Damain, ingénieure du son. Après le temps du constat et de la colère, les femmes du cinéma attendent maintenant des mesures concrètes. Des assises de l'égalité se tiendront à la fin du mois de juin.

Le JT
Les autres sujets du JT
Quatre-vingt-deux femmes du monde du cinéma montent les marches du palais des Festivals, à Cannes (Alpes-Maritimes), le 12 mai 2018.
Quatre-vingt-deux femmes du monde du cinéma montent les marches du palais des Festivals, à Cannes (Alpes-Maritimes), le 12 mai 2018. (ANTONIN THUILLIER / AFP)