Cet article date de plus de trois ans.

Yvelines : ouverture d'une information judiciaire contre 5 policiers pour blessures involontaires

L'information judiciaire pour blessures involontaires fait suite à la plainte contre X d'un jeune homme de 27 ans pour "violences policières à caractère raciste", après une interpellation à Mantes-la-Jolie (Yvelines) en novembre.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La cité du Val-Fourré à Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines, le 7 novembre 2013. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Le parquet de Versailles, dans les Yvelines, a annoncé, mardi 9 janvier dans un communiqué, avoir ouvert une information judiciaire à l'encontre de cinq policiers pour blessures involontaires infligées à un homme gravement brûlé aux mains dans un fourgon de la police après son arrestation à Mantes-la-Jolie, le 7 novembre dernier.

L'information judiciaire est également ouverte pour non-assistance à personne en danger. "Ce chef concernant les conditions de séjour au commissariat de la personne interpellée, contre toute personne que l'instruction déterminera", a précisé le parquet de Versailles. Cette procédure a été ouverte à l'issue d'une enquête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), sur des faits s'étant produits à Mantes-la-Jolie le 7 novembre dernier.

Des blessures aggravées par le diabète

Au mois de novembre dernier, un jeune homme de 27 ans avait porté plainte contre X pour "violences policières à caractère raciste" à la suite de son interpellation dans la cité du Val Fourré. Lors de celle-ci, il dit avoir été insulté, traité de "sale négro", frappé et maintenu contre un chauffage d'appoint dans le fourgon des policiers, occasionnant de graves brûlures.

Lors de sa garde à vue, une plaie à son poignet droit avait été constatée. Il avait été ensuite hospitalisé à l'hôpital Saint-Louis à Paris, où des brûlures des deuxième et troisième degrés, aggravées par son diabète, avaient été diagnostiquées.

Joint par franceinfo au moment du dépôt de plainte, en novembre, Calvin Job, l'avocat du jeune homme, avait indiqué que son client était "très choqué" et avait subi une greffe de peau sur les mains et les poignets. Selon lui, le jeune homme n'avait opposé aucune résistance lors de son interpellation pour un contrôle d'identité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.