Viol dans un lycée de La Rochelle : tous les prélèvements ADN réalisés sont négatifs

L'ADN de plus de 500 personnes de sexe masculin, majeures et mineures, avait été prélevé en avril afin de tenter d'identifier l'auteur d'un viol commis en septembre dans les toilettes d'un lycée privé.

Des lycéens du lycée Fénelon-Notre Dame de La Rochelle (Charente-Maritime), le 14 avril 2014.
Des lycéens du lycée Fénelon-Notre Dame de La Rochelle (Charente-Maritime), le 14 avril 2014. (XAVIER LEOTY / AFP)

Un tel prélèvement massif était inédit dans un établissement scolaire. L'ADN de plus de 500 personnes de sexe masculin, majeures et mineures, avait été prélevé mi-avril afin de tenter d'identifier l'auteur d'un viol commis en septembre dans les toilettes d'un lycée privé de La Rochelle (Charente-Maritime). L'analyse de ces prélèvements ADN s'est avérée négative, a déclaré mercredi 21 mai la procureure de la République de La Rochelle.

"Les prélèvements massifs [ceux réalisés dans le lycée] sont tous négatifs, mais il reste quelques prélèvements à analyser et d'autres à effectuer", a déclaré Isabelle Pagenelle, confirmant une information d'Europe 1. Selon la radio, ces prélèvements concernent des personnes qui ont quitté l'établissement depuis les faits.

"Cette campagne a permis de faire rebondir l'enquête sur d'autres pistes et aussi de réduire le nombre de suspects", a encore déclaré la magistrate. "Cela nous permet de nous intéresser aux gens qui auraient pu être là de façon illégitime", a-t-elle ajouté.