13h15, France 2

VIDEO. Népal : "Pouvoir donner de l'eau est ma plus grande fierté"

Des militaires de la Sécurité civile française se sont très vite rendus au Népal après le séisme du 25 avril dernier qui a fait plus de 8 600 morts. Leur mission consistait notamment à purifier l'eau souillée pour distribuer à la population une eau enfin potable. Extrait de "13h15 le dimanche" du 31 mai.

Trente militaires de la Sécurité civile française se sont rendus au Népal pour palier un temps au déficit d'eau potable après le séisme de magnitude 7.9 du 25 avril dernier qui a fait plus de 8 600 morts.

Dans un pays où les canalisations se sont rompues et où l'eau accessible est complètement polluée, Marco et son usine à eau sont à pied d'œuvre pour purifier une eau imbuvable, vecteur de maladies. C'est l'une des premières urgences après un séisme.

Plus de 300 000 litres d'eau potable !

L'eau sale passe par une usine mobile de filtrage avant l'étape du chlorage. Le plus important est de trouver ensuite le bon dosage de chlore, car trop en mettre serait nocif à la flore intestinale. Les militaires se chargent de mélanger le chlore et l'eau de façon homogène en sautant sur de grosses poches fermées contenant 5 000 litres ! Ce qui demande un gros engagement physique de la part de chacun...

L'usine mobile de la Sécurité civile doit tourner en continu pour produire de l'eau purifiée qui sortira en sachets d'un litre grâce à une machine installée par Marco. Il lui faudra des heures en pleine nuit pour la régler. "Ma plus grande fierté est de pouvoir donner ça aux gens... On va montrer que les Français sont capables de fournir de l'eau aux vivants", dit-il en montrant l'un des sachets produits. Plus de 300 000 litres d'eau potable seront distribués aux Népalais en une vingtaine de jours.

 

> Une vidéo extraite du reportage "Népal, quand le toit du monde chancelle" diffusé dans 13h15 le dimanche du 31 mai 2015, le magazine d'information présenté par Julian Bugier sur France 2.

> Autre temps fort :
- Népal : "Le monde a répondu présent... Alors, chapeau !"

 

 

(13H15 LE DIMANCHE / FRANCE 2)