Cet article date de plus de huit ans.

Verdon : qui va payer la facture des 65.000 euros ?

Le nombre est finalement tombé : le coût de la recherche des "faux disparus" du Verdon s'élève à hauteur de 65.000 euros. Le montant de la facture sera entièrement réglé par la commune, et relance le débat autour de la gratuité des secours. Et si l'Etat refuse de renoncer à ce "principe d'égalité", les exceptions sont de plus en plus nombreuses. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
  (Maxppp)

On les avait crus noyés. Ils étaient en fait rentrés chez eux, sans prévenir les secours. Ce mardi, la préfecture du Var a révélé combien allait coûter l'important dispositif de sécurité lancé pour retrouver les "faux perdus " du Verdon : 65.000 euros. 

Ce montant correspond à "l'engagement de 123 journées-hommes, de moyens aériens nautiques et terrestres, et d'équipes cynophiles ", pendant deux jours, du jeudi 15 au samedi 17 août. Un coût partagé entre l'intervention des sapeurs-pompiers, d'une valeur de 5.200 euros et le dispositif déployé par la gendarmerie, à hauteur de 59.482 euros. 

[Coût total des recherches : 65 000 euros](http://infogr.am/Cot-total-des-recherches--65-000-euros) | [Create infographics](http://infogr.am) Qui va payer la facture ?  -------------------------- C'est sans doute la commune de Draguignan qui va devoir régler la facture de 65.000 euros. En effet, la procureure de Draguignan ainsi que la préfecture du Var ont affirmé que rien n'allait être demandé aux quatre personnes pour qui a été mis en place le dispositif de recherche. Ils encourent seulement une contravention de 35 euros** ** pour dépassement de la limite de temps autorisée sur un cours d'eau. Ce sont donc les impôts locaux qui vont être utilisés pour régler le montant des secours. C'est ce qu'ont confirmé les sapeurs-pompiers qui sont intervenus.  Les "*faux perdus* " des gorges du Verdon auraient-ils dû régler ce montant, étant donné que leur négligeance est à l'origine de tout le dispositif d'intervention ? Le Figaro a posé la question à ses internautes, [lors d'un sondage en ligne](http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/08/18/01016-20130818QCMWWW00084-les-disparus-de-verdon-doivent-ils-payer-pour-les-recherches-engagees.php) : 86,79% de leurs internautes pensent que la facture de l'intervention du Verdon devrait être réglée par les personnes concernées.  La gratuité des secours en question ----------------------------------- Les secours, gratuits dans la majeure partie des cas, devraient-ils devenir payants ? La réponse est non, pour la majeure partie des sapeurs-pompiers comme pour Manuel Valls. Le ministre de l'Intérieur s'est séclaré "*pour le maintien de la gratuité des secours* ". "*Apporter secours aux personnes est l'honneur de la sécurité civile* ", a-t-il expliqué.  *"Les secours ainsi engagés par l'Etat sont par * définition gratuits, aucun compensation financière n'étant demandée aux *communes ou aux personnes secourues", * peut-on en effet lire sur le site de la Cour des comptes. En France, les interventions des pompiers, des gendarmes et de la police sont gratuites depuis 1733. Pour la procureure de Draguignan, ce qui s'est déroulé dans les gorges du Verdon est suceptible de recommencer. "*La vie humaine n'a pas de prix, et il est hors de question de ne pas apporter le secours nécessaire. Mais nous avons bien la conscience d'engager les fonds publics, parfois de façon massive* ", explique-t-elle. Des secours de moins en moins gratuits ? Dans les faits, il existe des exceptions, et la tendance va vers des interventions de moins en moins gratuites.  **Secours en mer** L'intervention dans le Verdon appartient à la catégorie des secours en mer. D'une manière générale, pour les opérations maritimes, il existe une distinction de distance. Dans la bande des 500 m bordant les plages, le sauvetage est entièrement gratuit. Au-delà des 500 m du rivage et à l'intérieur de la bande des 20 *miles* nautiques (37 km), il reste gratuit pour le secours d'une personne physique.  En revanche, au-delà des 500 m, il devient payant pour les secours impliquant l'intervention d'un bateau-remorque ( pour ramener une planche à voile, un bateau, etc.). La facture, qui va généralement de 500 à 5.000 euros, doit être réglée aux sauveteurs de la SNSM qui fait souvent payer la facture aux marins, même si souvent, [elle est prise en charge par des assurances](http://www.dossierfamilial.com/loisirs/voyages/des-secours-de-moins-en-moins-gratuits,1043).  [Le document du ministère de l'Ecologie relatif au secours en mer](https://www.youscribe.com/catalogue/tous/loisirs-et-hobbies/sports/le-document-du-ministere-de-l-ecologie-relatif-au-secours-en-mer-2284675 "Le document du ministère de l'Ecologie relatif au secours en mer") publié par [lucasroxo](https://www.youscribe.com/lucasroxo/)** Secours en montagne ** Pour les secours en montagne, c'est différent. [Le coût moyen d'une intervention est de 8 600 euros](http://www.ccomptes.fr/fr/Publications/Publications/Organisation-du-secours-en-montagne-et-de-la-surveillance-des-plages), et la distinction se fait entre les secours effectués sur le domaine skiable et ceux lancés sur le domaine non-skiable. Pour ces derniers, l'intervention est payée par l'Etat, qui vient suppléer la commune en allouant des moyens techniques qu'elle ne possède pas forcément.   Par contre, les interventions sur le domaine skiable sont à la charge des communes, et les situations diffèrent. Car depuis la loi du 27 février 2002, les communes peuvent désormais exiger des personnes secourues une participation aux frais de l'opération de secours. Encore une fois, [ces frais sont généralement pris en compte par des assurances](http://www.news-assurances.com/actualites/disparus-du-verdon-les-assures-doivent-ils-payer-les-frais-de-secours-et-de-recherche/016778899?utm_campaign=disparus-du-verdon-les-assures-doivent-ils-payer-les-frais-de-secours-et-de-recherche&utm_medium=twitter&utm_source=twitter), celle de la carte de crédit notamment. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.