Véhicules de l'ARS de Limoges incendiés : le choc des employés "déterminés à continuer leur mission de service public", réagit le directeur de l'ARS de Nouvelle-Aquitaine

Quatre véhicules ont été incendiés à Limoges dans la nuit de lundi à mardi dans un parking fermé de l'agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine. La piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les véhicules incendiés devant l'agence régionale de santé de Limoges.  (THOMAS JOUHANNAUD / MAXPPP)

Le directeur de l'ARS de Nouvelle-Aquitaine est venu soutenir les employés de l'agence régionale de santé de Limoges après l'incendie criminel survenu dans la nuit de lundi à mardi, rapporte mardi 18 janvier France Bleu Limousin.

Les employés, bien que choqués par ces évènements, restent "déterminés à poursuivre leur mission auprès des citoyens", a indiqué Benoît Elboode, le directeur l'agence régionale de santé en Nouvelle Aquitaine. "C'est le choc chez les salariés".

Trois voitures ont été détruites par les flammes, une quatrième a été très endommagée. Le bâtiment de l'ARS Limoges a aussi subi de lourds dégâts. Des vitres ont explosé sous la pression de l'incendie, les murs ont été noircis sur plusieurs étages.

Selon le procureur de la République de Limoges, la piste criminelle est privilégiée par les enquêteurs. "Deux départs de feu sur deux points distincts ont été détectés." Une enquête a été ouverte pour destruction par moyens dangereux. "Le ou les auteurs risquent jusqu'à dix ans de prison", a rappelé le procureur.

La préfète de la Haute-Vienne est venue apporter le soutien de l'Etat à l'organisme de santé. "J'ai aussi demandé aux forces de l'ordre de renforcer et d'intensifier leur patrouille autour des bâtiments de l'Etat comme c'était déjà le cas autour des centres de vaccination ou de dépistage. Il faut poursuivre la campagne."

Certains des employés sont venus constater les dégâts dans l'après-midi. "On m'a dit que c'était un incendie criminel, je n'arrive toujours pas à y croire", déclare l'une d'entre eux. Devant le bâtiment et les voitures calcinées, elle ne peut cacher sa colère : "Je suis scandalisée de voir qu'on puisse s'attaquer à la République, à l'Etat de cette manière-là. C'est quelque chose d'inacceptable pour moi, je suis attristée de voir que notre société est devenue celle-là."

Les employés de l'ARS Limoges vont eux rester en télétravail au moins jusqu'à jeudi matin, le temps de réparer les dégâts de l'incendie et de dégager les voitures calcinées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.