Cet article date de plus de huit ans.

Un train prend feu près de Grenoble : 120 voyageurs passent la nuit dans une "rame-dortoir"

La circulation des trains a été totalement interrompue mercredi soir pendant plusieurs heures entre Lyon et Grenoble. En cause : le début d'un incendie d'un TER à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Aucun voyageur n'a été blessé, mais plus d'une centaine de passagers ont dû dormir dans un TGV en gare de Grenoble.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (IDÉ)

Vers 19h30, sur la commune de
Saint-Quentin-Fallavier, en Isère, un incendie s'est déclaré dans un TER qui
roulait en direction de Grenoble. C'est le transformateur de la locomotive qui
a pris feu.

A bord, 170 passagers. Ils ont
été évacués sans problème et sans blessé. La circulation des trains a été totalement interrompue sur les axes Lyon-Grenoble et Lyon-Chambéry. Les pompiers ont en effet coupé la ligne à haute tension pour pouvoir éteindre l'incendie en toute sécurité. Les passagers ont été rapatriés en bus à
Grenoble. Certains ont attendu près de quatre heures.

"Y'a des jolis uniformes mais l'essentiel n'est pas traité" (Peter, un voyageur)

De retour à Grenoble, près de 120 personnes ont été accueillies dans un TGV transformé en dortoir pour l'occasion, à cause du manque de places dans les hôtels de la ville. Ils sont repartis vers Paris jeudi au petit matin, après avoir été ravitaillés.

Le manque d'organisation de la SNCF a un peu agacé les voyageurs comme Peter. "La locomotive était en feu, on est descendu, et pendant deux heures il ne s'est rien passé ", a-t-il raconté au micro de France Bleu Isère. "Heureusement", raconte-t-il, "un chauffeur de taxi avait un mini-bus et a proposé de ramené des gens ".

Au rayon des perturbations, à noter aussi le calvaire des 300 passagers d'un TGV bloqués en gare de Lyon-Saint-Exupéry, qui sont arrivés avec près de six heures de retard à Grenoble.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.