Un trafic d'ossements et de crânes de corps donnés à la science à la faculté de médecine Paris-Descartes

De nombreux témoignages recueillis par la cellule investigation de Radio France font état d'un trafic macabre au sein de la faculté de médecine Paris-Descartes, au moins jusqu'en 2012.  

Article rédigé par
Élodie Guéguen et Anne Jouan, cellule investigation de Radio France - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Ossements humains aux puces de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), le 7 mars 2020. (ELODIE GUEGUEN / RADIO FRANCE)

Les récits font froid dans le dos. Des dépouilles qui auraient été "sorties" le Centre du don des corps de la faculté de médecine Paris-Descartes et transportées dans des voitures de particuliers. D'anciens techniciens de l'université qui affirment avoir vu des collègues vendre des crânes et des squelettes... Ces témoignages risquent de scandaliser encore un peu plus les familles de ceux qui ont donné leur corps à la science, et à l'université Paris-Descartes. Elles avaient déjà été choquées d'apprendre, lors de la publication d'une enquête dans L'Express, le 27 novembre 2019, que des dépouilles avaient pu faire l'objet d'une "marchandisation".

L'université parisienne avait passé des conventions avec des industriels, qui demandaient une "mise à disposition" de cadavres conservés au Centre du don des corps (CDC), au 5e étage de la faculté de médecine. Au cours de notre enquête, nous avons découvert l'existence d'un "commerce" beaucoup moins officiel.

Des corps humains dans des coffres de voiture

Plusieurs témoins affirment que des corps ont été sortis illégalement du CDC, notamment le week-end. "J'ai fait des rencontres tout à fait dingues dans l'ascenseur, raconte le Pr Alexandre Mignon, qui avait un laboratoire de simulation chirurgicale au 5e étage de la fac, juste à côté des chambres froides du CDC. J'ai rencontré des personnes qui sortaient des corps de l'université et qui partaient en ville ! J'ai posé des questions : mais qu'est-ce que vous allez faire dehors avec des corps ? Je ne sais pas où allaient ces corps qui partaient dans des voitures publiques, avec des personnes qui n'étaient pas du tout habilitées. En fait, il y avait surtout des 'demi-corps' ou des troncs. J'en ai parlé à certains collègues en disant qu'il se passait des choses bizarres au CDC. Il y avait une omerta, parce que certainement ça se passait depuis assez longtemps, et les gens, finalement, n'osaient pas trop poser de questions."

Pour ce professeur de l'université, ces corps étaient vendus "sous le manteau", à des médecins, des chercheurs ou à des cabinets de radiologie qui cherchaient des pièces anatomiques, c’est-à-dire des morceaux de corps, pour des travaux, mais qui n'avaient pas passé ou obtenu de convention avec l'université.

Un document officiel fait également référence à ces activités suspectes. Le 23 janvier 2012, lorsque le service de prévention de l'université visite le CDC, on lui fait savoir que 48 heures plus tôt, un samedi, un corps serait ainsi parti dans le coffre de la voiture d'un particulier. Les personnels de l'université le mentionnent dans leur rapport, qui sera transmis au président de Paris-Descartes, Frédéric Dardel. Interrogée sur ce point, l'université de Paris (la structure juridique qui englobe désormais Paris-Descartes) n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Intérieur des chambres froides du Centre du don des corps de Paris-Descartes, en novembre 2016. (DR)

"J’ai vu des crânes dans des sacs à dos"

Nous avons découvert qu'il existerait un autre type de "commerce" tout aussi macabre : la vente d'ossements humains, notamment de crânes. Plusieurs préparateurs de corps du CDC, ces techniciens qui embaument et démembrent les dépouilles des personnes données à la science, affirment avoir vu certains de leurs collègues préparer des pièces anatomiques pour les vendre. "Dès le premier jour, j’ai compris pour le trafic, nous confie Ludovic*. Il y avait de grandes portes de bois puis un petit réduit avec du matériel, notamment des scies, des marteaux et des Karcher©. Sur un brûleur à gaz se trouvait une grande marmite dans laquelle ils faisaient bouillir des têtes. Au début, j’ai cru que c’était pour les cours d’ostéologie [science des os et du squelette]. J’ai demandé : pourquoi vous blanchissez les os ? On m’a répondu : 'Ça ne te concerne pas'. Sans faire de jeu de mots, ils faisaient leur cuisine et récupéraient les crânes. C’est là que j’ai su que ce n'était pas pour de l’enseignement. J’ai vu les crânes partir dans des sacs à dos."

Jacques*, un autre ancien préparateur de corps à l'université Paris-Descartes confirme : "Il y avait des ventes d’ossements de crânes ou de squelettes complets sous le manteau. Je me suis rendu compte que des corps disparaissaient. Mes collègues 'faisaient' les squelettes le week-end." Son récit fait froid dans le dos : "Il y en a un qui faisait des préparations de rochers [os situés sur la partie latérale du crâne juste au niveau de l'oreille] qu’il envoyait en Israël et en Égypte."

Des cercueils "vidés" avant le passage de la police

Ludovic* garde en tête des visions d'horreurs de son passage au CDC : "Avant le départ des corps pour l'incinération, l'un des préparateurs avait aussi l'habitude de vider les cercueils avant que les policiers ne viennent poser les scellés. Il prenait tout ce qui était monnayable. Essentiellement les têtes. Un crâne pouvait être revendu 500 euros. Imaginez si vous en vendiez six ou sept en un seul week-end !"

Des particuliers, amateurs d'objets de cabinets de curiosités, nous ont confirmé avoir acheté des crânes et des squelettes, sous le manteau, au pied de la fac de médecine, à Saint-Germain-des-Prés. L'un d'eux explique qu'il avait le numéro de portable d'un préparateur du CDC pour "passer commande".

Y'a-t-il un "marché" pour les restes humains ? Plusieurs experts, notamment des antiquaires, nous répondent qu'un crâne d'une personne récemment décédée a "peu de valeur marchande", car il n'aurait pas d'intérêt historique, rituel ou scientifique. Pourtant, il existe bien des collectionneurs. Nous l’avons constaté en nous rendant dans les allées du marché aux puces de Saint-Ouen, le 7 mars 2020 : des crânes de couleur très claire, ce qui signifie qu'ils sont récents, sont mis en vente. Le prix affiché : 600 euros.

Pour l'instant, l'enquête judiciaire ouverte par le parquet de Paris pour les présomptions d'atteinte à l'intégrité de cadavres au Centre du don des corps de Paris-Descartes ne porte pas officiellement sur ces soupçons de trafic de corps humains en plein cœur du quartier latin.

*Les prénoms ont été modifiés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.