Un séisme en Charente-Maritime ressenti de Nantes à Bordeaux

Une secousse sismique de magnitude 5 a été ressentie jeudi un peu avant 9h dans la région de La Rochelle et au-delà de la Vendée. L'épicentre selon le Réseau national de surveillance sismique (ReNaSS) se situe près de Rochefort.

(La carte des intensités macrosismiques © Bureau Central Sismologique Français)

La secousse sismique a été ressentie jeudi matin en Charente-Maritime et plus généralement de Nantes à Bordeaux. Elle a été validée à 8h46 par le Réseau national de surveillance sismique (RéNaSS).

Ni dégâts, ni blessés

L'épicentre a été mesuré à Rochefort, à 25 km au sud-est de La Rochelle, rapporte France Bleu La Rochelle. "Ça a fait comme un flash d'environ une seconde" , a rapporté l'un des journalistes de la radio locale de Radio France. De nombreux auditeurs ont appelé la station pour signaler avoir eux aussi ressenti cette secousse : de l'île de Ré jusqu'à Saintes. Aucun dégât majeur n'a été signalé dans l'immédiat. 

"A cette heure, cet évènement n'a pas donné lieu à des demandes de secours auprès des sapeurs-pompiers" précise notamment la préfecture de Charente-Maritime dans un communiqué, publié peu après la secousse sismique, dont l'épicentre a été mesuré à 21 km de profondeur. Un recensement plus précis est en cours.

Alarme et inquiétude

Dans la banlieue de La Rochelle, l'usine Alstom, située en centre-ville d'Aytré, a été brièvement évacuée. "Une alarme automatique retentit en cas de phénomène anormal pour arrêter la production" a précisé la mairie d'Aytré, jointe au téléphone par France Info. L'alarme a retenti une seconde fois peu après pour relancer la production. Aucun dégât n'a été signalé dans les sites industriels de la commune, ni à Alstom, ni chez Toyota.

Le séisme a provoqué l'inquiétude de nombreux habitants comme Dany, qui vit à Châtelaillon-Plage, la ville la plus proche de l'épicentre, à cinq km selon le réNaSS. Cette habitante a expliqué à France Info avoir entendu "un gros boum" et "j'ai cru que la maison s'écroulait" a-t-elle ajouté. 

Le séisme a provoqué de petits dégâts matériels, comme des objets qui tombent ou des vitres d'habitations qui explosent. De nombreux habitants sont sortis de chez eux pour se regrouper dans les rues. 

Des témoignages jusqu'à Bordeaux

Des témoignages émanent aussi du Limousin. 

Le Bureau central sismologique français précise avoir reçu près de 500 témoignages, ce qui lui permet de montrer sur son site France Séisme une carte des effets de la secousse. Des habitants peu rassurés ont pensé à une explosion, des spécialistes sur les réseaux sociaux ont calmé leur inquiéude.

Des répliques attendues 

Les micro-séismes sont relativement fréquents dans le secteur, mais il est très rare qu'ils atteignent cette intensité et qu'ils soient aussi perceptibles. Des répliques sont à prévoir dans les prochaines jours, a indiqué Sophie Lambotte du Réseau national de surveillance sismologique. Des répliques "de magnitude plus petite et dans un rayon plus restreint" , a précisé la sismologue.

Des répliques possibles dans les jours qui viennent : Sophie Lambotte, sismologue au réseau national de surveillance sismique
--'--
--'--

(©)