Cet article date de plus de deux ans.

Un policier parisien accusé d'avoir insulté des collégiens de Stains pendant une sortie scolaire

Des enseignants du collège Barbara de Sains (Seine-Saint-Denis) accusent un agent d'avoir tenu des "propos discriminants et insultants".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris, en 2017. (JEAN ISENMANN / ONLY FRANCE / AFP)

Des enseignants du collège Barbara de Stains (Seine-Saint-Denis) accusent des policiers d'avoir tenu "des propos discriminants et insultants" envers leurs élèves de 6e, rapporte Buzzfeed jeudi 31 mai. Dans un communiqué publié sur Twitter, le conseiller principal d'éducation Echaniz Iñaki raconte que six professeurs ont accompagné 45 jeunes dans les 4e et 5e arrondissements de Paris, dans le cadre d'un cours d'histoire géographie. Alors qu'ils se trouvaient sur le parvis de Notre-Dame de Paris, jeudi, ils ont croisé trois membres des forces de l'ordre armés de fusils d'assaut. "Comme tout enfant de 12 ans, nos élèves ont été impressionnés et ont demandé aux policiers s'il s'agissait de vraies armes, explique le communiqué. Un des enfants, sans aucune provocation, a mimé un pistolet à l'aide de son index et de son majeur, pointés vers le ciel."

La situation s'est alors tendue. Un policier s'est "frayé un passage parmi les enfants à l'aide de la crosse de son arme", en se dirigeant vers celui qui avait mimé un tir. "Je m'en bats les couilles que tu sois mineur, avec moi c'est direct au commissariat", a-t-il lancé à l'élève. Les enseignants ont alors décidé de mettre un terme à la visite scolaire. "Ces propos inacceptables de la part d'un représentant de la République, qui plus est porteur d'une arme, ont grandement choqué et apeuré nos élèves", poursuit le communiqué.

La préfecture de police a ouvert une enquête interne

Deux enseignants sont retournés sur le parvis de la cathédrale pour noter le matricule du policier qui avait pris à partie leurs élèves. L'agent aurait "refusé catégoriquement d'accéder à leur requête" et aurait "dissimulé son matricule à l'aide de son arme". Les membres des forces de l'ordre sont pourtant obligés d'avoir leur matricule visible. Le policier aurait également "menacé" les professeurs "de les embarquer" au poste.

Interrogé par Buzzfeed, Echaniz Iñaki a déclaré avoir saisi le Défenseur des droits et effectué un signalement en ligne auprès de l'Inspection générale de la police nationale. La préfecture de police de Paris a indiqué au site d'information qu'une "enquête interne a été diligentée dès que les faits ont été dénoncés". "Il en sera tiré toutes les conséquences à l'issue de l'enquête", assure la préfecture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.