Cet article date de plus de trois ans.

Le parquet antiterroriste saisi après l'agression d'un militaire de l'opération Sentinelle à Paris

Le militaire a réussi à se dégager et à interpeller l'individu. Il n'y a pas eu de blessé.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un militaire de l'opération Sentinelle, le 6 août 2016 à Lorient (Morbihan). (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

Le parquet antiterroriste a été saisi, annonce Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, après l'agression d'un militaire de l'opération Sentinelle, vendredi 15 septembre. Le militaire a été agressé, un peu avant 6h30, par un homme porteur d'un couteau, à l'intérieur de la station de métro Châtelet-Les Halles, à Paris, a confirmé la préfecture de police de Paris à franceinfo. Le militaire a réussi à se dégager et à interpeller l'individu. Il n'y a pas eu de blessé. 

"Le Président de la République a dès ce matin immédiatement réuni autour de lui l'ensemble des spécialistes mobilisés sur ce sujet pour faire un point", a ajouté Christophe Castaner.

La septième attaque contre des militaires de Sentinelle

"L'homme a été maîtrisé, c'est la preuve du professionnalisme et de l'efficacité des soldats de Sentinelle dans cette mission de protection", a réagi la ministre des Armées, Florence Parly, sur Europe 1.

"Cette nouvelle attaque légitime pleinement ce que nous voulons faire, c'est-à-dire rendre ce dispositif encore plus imprévisible, encore plus indécelable pour les agresseurs potentiels", a-t-elle poursuivi.

C'est la septième attaque contre des militaires de la force Sentinelle, mise en place dans le cadre du plan Vigipirate après les attentats de janvier 2015. La dernière en date a fait six blessés parmi un groupe de militaires percutés le 9 août par une voiture à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.