Cet article date de plus de deux ans.

Un Français enlevé au Mexique dans un parc national

"Nous confirmons les faits. Nous sommes en contact permanent avec les autorités mexicaines qui sont mobilisées pour retrouver notre concitoyen", assure l'ambassade de France au Mexique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Deux hommes - un Français et un Mexicain - ont été enlevés dans le parc national Nevado de Toluca, dans le centre du Mexique, le 24 novembre 2019.  (GOOGLE MAPS)

Un Français et un Mexicain ont été enlevés par des inconnus, dimanche 24 novembre, alors qu'ils se trouvaient dans un parc national du centre du Mexique, ont annoncé l'ambassade de France et des médias locaux. Le Français s'appelle Frédéric Michel et le Mexicain Alejandro Sandi.

"Nous confirmons les faits. Nous sommes en contact permanent avec les autorités mexicaines qui sont mobilisées pour retrouver notre concitoyen", a déclaré la représentation diplomatique française à propos de cet enlèvement survenu dans le parc national situé au pied du volcan Nevado de Toluca, dans l'Etat de Mexico, limitrophe de la capitale du pays.

Des enlèvements de plus en plus nombreux

Les deux hommes faisaient, dimanche matin, une excursion dans le parc national à bord de véhicules tout-terrain lorsqu'ils ont été interceptés par des hommes armés, rapportent les quotidiens Reforma et El Universal. Les deux hommes ont été emmenés de force à bord de leurs propres véhicules. Les autorités mexicaines ont mis en place un dispositif pour quadriller la zone.

L'année 2019 est marquée au Mexique par une forte augmentation des enlèvements, et de la criminalité violente en général. Entre janvier et octobre, 1 690 personnes ont été enlevées, un chiffre en hausse de 37,7% par rapport à la même période en 2018, selon les chiffres de l'association mexicaine Alto Al Secuestro. D'après elle, l'Etat de Mexico est la deuxième région la plus dangereuse du pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.