Un ancien agent de la DGSI condamné à cinq ans de prison ferme pour avoir vendu des informations confidentielles sur le darknet

Il a été reconnu coupable d'avoir communiqué contre rémunération des données extraites de fichiers de police.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ex-agent de la DGSI "Haurus", à son domicile, à Caen (Calvados), le 17 janvier 2021. (MAXPPP)

Il se faisait appeler "Haurus". L'ancien agent de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) qui était jugé pour avoir vendu sur le darknet des informations tirées de fichiers de police protégés, a été condamné jeudi 22 juillet à sept ans de prison dont deux avec sursis par le tribunal correctionnel de Nanterre.

Le parquet avait requis sept ans de prison ferme contre cet ancien brigadier de police de 35 ans qui était poursuivi pour une dizaine de chefs d'inculpation. Il avait reconnu la majorité des faits qui lui sont reprochés, précisant avoir agi pour "mettre du beurre dans les épinards", alors qu'il était endetté.

Interdit d'exercer dans la fonction publique

Il vendait, contre une rémunération en bitcoins, des données confidentielles extraites de fichiers de police auxquels il avait accès : identités, adresses, géolocalisations téléphoniques. Selon l'accusation, il aurait effectué 382 recherches illégitimes et facturait ses services entre 100 et 300 euros. Il pouvait également fabriquer lui-même ou aider ses clients à confectionner de faux documents administratifs ou de faux chèques. 

Reconnu coupable de l'ensemble des faits, il est reparti menotté de la salle d'audience. Sa peine n'est pas aménageable "afin de prévenir" de nouveaux faits et il a l'interdiction définitive d'exercer dans la fonction publique, a déclaré la juge lors du délibéré. 

Son compagnon, qui était accusé d'être son complice, a lui été condamné à trois ans dont deux avec sursis mais relaxé du chef de complicité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.