Un adolescent handicapé violemment agressé dans l'Oise par quatre jeunes lundi

Un adolescent handicapé a été pris à partie à deux reprises par quatre jeunes à proximité de son lycée à Saint-Maximin dans l'Oise. Une enquête pour "violences aggravées" a été ouverte.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un adolescent handicapé de 16 ans agressé à Saint-Maximin dans l'Oise, le 3 octobre 2022. (GOOGLE MAPS)

Lundi 3 octobre, un adolescent de 16 ans en situation de handicap a été violemment agressé par d'autres jeunes à Saint-Maximin (Oise), a confirmé mercredi 5 octobre le procureur de la République de Senlis, Loïc Abrial, dans un communiqué. 

Sur une vidéo de quelques secondes diffusée en début de semaine sur les réseaux sociaux, on voit un adolescent coincé contre un grillage, entouré de quatre autres jeunes. Trois le frappent, plusieurs coups de poing, des coups de pied… Le lycéen tente de se défendre, de les repousser avec ses jambes. Puis les agresseurs s'écartent et la victime récupère ses affaires, au sol. Cette vidéo a été très partagée, notamment par des figures de l'extrême droite pour dénoncer l'insécurité.

Son handicap connu de ses agresseurs

Le garçon de 16 ans a déposé plainte auprès des gendarmes de Chantilly mardi 4 octobre, accompagné de sa mère. D'après le procureur, l'adolescent raconte avoir été pris à partie "à deux reprises" où il est scolarisé. Il précise être atteinte d'un handicap apparent et connu de ses agresseurs, qui l’ont attaqué à proximité de son lycée.  

Une enquête est ouverte pour "violences aggravées", confiée à la brigade de recherches de Chantilly et à la brigade territoriale de Chantilly. Selon le procureur de Senlis, "de nombreuses vérifications" sont en cours. "La victime va faire l’objet d’un examen médico-légal pour déterminer la gravité de ses blessures". Un accompagnement juridique et psychologique lui sera proposé, ainsi qu'à sa famille.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.