Tuerie d'Aurora : James Holmes inculpé de 116 tentatives de meurtre

Le jeune homme de 24 ans a comparu lundi pour la deuxième fois devant la justice du Colorado.

Croquis de James Holmes, devant le tribunal de Centennial, dans le Colorado, le 30 juillet 2012.
Croquis de James Holmes, devant le tribunal de Centennial, dans le Colorado, le 30 juillet 2012. (JEFF KANDYBA / AP / SIPA)

James Holmes a tué douze personnes et en a blessé 58 autres, mais ses chefs d'inculpation sont bien plus nombreux : 142 au total, dont 24 pour homicide et 116 pour tentatives de meurtre. Ils ont été retenus lundi 30 juillet contre l'auteur présumé de la fusillade du cinéma d'Aurora (Colorado) lors du film Batman.

Le jeune homme de 24 ans est poursuivi, pour chacune des personnes tuées, à la fois pour assassinat (meutre prémédité) et pour meurtre lors de la fusillade du 20 juillet. Il est également poursuivi pour détention d'un engin explosif et pour circonstances aggravées - un chef d'inculpation qui lui fait encourir une peine plus lourde.

Un accusé mutique

L'accusation a précisé qu'il lui faudrait plusieurs semaines pour décider de réclamer ou non la peine de mort, sachant que l'Etat du Colorado n'a exécuté qu'une seule personne depuis le rétablissement de la peine capitale aux Etats-Unis en 1976.

James Holmes comparaissait pour la deuxième fois devant la justice. Il n'a quasiment pas parlé lors de l'audition, répondant simplement par "oui" à une question du juge William Sylvester. La première fois, l'audience avait été filmée et il était apparu prostré et l'air hagard, les cheveux teints en rouge. Cette fois-ci, plus de 30 victimes et des membres de leur famille remplissaient les bancs du tribunal où ils ont observé un silence digne tout au long de l'audition d'une heure.

"Nous prions pour qu'un jour il se retrouve face à Dieu"

"Cela nous attriste de voir qu'il existe un homme avec tant de haine et de mal dans son cœur", a écrit dans un communiqué la famille d'une des victimes, Gordon Cowden, 51 ans. "Nous sommes confiants dans le fait que notre système judiciaire, tout comme Dieu et le public, auront à coeur de voir cet homme diabolique recevoir le châtiment qu'il mérite, et nous prions pour qu'un jour il se retrouve face à Dieu plein de remord et de chagrin pour ses actes", ajoute le texte.

Les médias ont révélé que l'accusé, dépourvu d'antécédents judiciaires et qui préparait un doctorat en neurosciences, avait envoyé un colis contenant un cahier et des dessins évoquant ses projets de tuerie à sa psychiatre, à l'Université du Colorado où il étudiait.