Cet article date de plus de huit ans.

Tuerie d'Aurora : James Holmes avait envoyé un carnet à un psychiatre de son université

COLORADO - "A l'intérieur du colis se trouvait un carnet rempli de détails sur la façon dont il allait tuer les gens", indique Fox News.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'auteur présumé de la tuerie d'Aurora (Colorado), James Holmes, a été arrêté quelques heures après la fusillade. (ARAPAHOE COUNTY SHERIFF'S OFFICE / AFP)

La thèse de la préméditation un peu plus renforcée. James Holmes, l'homme accusé d'avoir tué douze personnes lors de la projection de The Dark Knight Rises dans un cinéma d'Aurora (Colorado) le 20 juillet, avait envoyé un carnet détaillant ses plans à un psychiatre de son université avant l'attaque, a révélé mercredi 25 juillet la chaîne américaine Fox News (en anglais). Le colis est resté dans le bureau de tri de l'université du Colorado pendant au moins une semaine avant sa découverte lundi, selon ce média qui cite une source au sein des forces de l'ordre.

D'après Fox News, les agents de la police et du FBI ont été appelés lundi matin au centre médical de l'université du Colorado après qu'un psychiatre, professeur au campus, eut reçu un colis supposément envoyé par le suspect. "A l'intérieur du colis se trouvait un carnet rempli de détails sur la façon dont il allait tuer les gens. Il y avait des dessins concernant ce qu'il allait faire et des illustrations du massacre". Parmi les images du carnet figuraient des bonshommes bâton tirant sur d'autres.

Responsable pénalement ?

L'auteur présumé de la tuerie était doctorant en neurosciences jusqu'à ce qu'il remplisse des documents officiels pour abandonner son cursus en juin. Depuis sa première comparution lundi devant la justice américaine, la question de sa responsabilité pénale se pose. Les médias s'interrogent sur sa psychologie, craignant que son attitude ne soit qu'une stratégie pour échapper à la peine capitale.

"Il est beaucoup plus malade psychologiquement que ce à quoi nous nous attendions", a réagi le psychologue Michael Mantell, pour la chaîne de San Diego 10News (en anglais). D'après lui, ce comportement pourrait s'expliquer par une schizophrénie, mais, note-t-il, "la préméditation des attaques est incompatible avec un épisode psychotique total" .

Des doutes sur son état psychologique

Des enquêteurs ont par ailleurs relevé que son attitude froide et hagarde, au tribunal, était demeurée constante depuis son interpellation. Selon eux, le jeune homme de 24 ans a passé le plus clair de son temps à fixer les murs, enfilant sur ses mains les sacs plastiques destinés à recueillir des résidus de poudre, avant d'en faire des marionnettes. Pour le père d'une des victimes, présent dans le tribunal, il s'agit d'un "stratagème", rapporte ABC (en anglais).

Il a aussi essayé de connaître "la fin du film Batman", rapporte le Daily News (en anglais). D'après un employé de la prison où le meurtrier présumé est détenu, il essayait "d'avoir l'air sincèrement intéressé" quand il a posé la question "avez-vous vu le film ?" "Je pense qu'il fait tout ce qu'il peut pour avoir l'air fou", a dit un autre employé ayant assisté à la scène.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.