Cet article date de plus de six ans.

Fusillade au Musée juif de Bruxelles : la justice belge à la recherche d'un complice de Nemmouche

La police fédérale a diffusé un appel à témoins destiné à "identifier" un homme figurant sur les images d'une caméra de surveillance, révèle vendredi le quotidien belge "La Dernière Heure". 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Photo non datée du tireur présumé du Musée juif de Bruxelles, Mehdi Nemmouche. (MAXPPP)

La justice belge est à la recherche d'un éventuel complice de Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de la tuerie du Musée juif de Bruxelles qui avait fait quatre morts en mai 2014. La police fédérale a diffusé, le 16 janvier, à la requête du procureur et d'un juge d'instruction bruxellois, un appel à témoins destiné à "identifier" un homme figurant sur les images d'une caméra de surveillance, a révélé, vendredi 23 janvier, le quotidien La Dernière Heure.

L'avis de recherche a été publié "dans le cadre de faits qualifiés d'assassinat". Sur le site de la police, il figure à côté de l'avis concernant Nemmouche, arrêté à Marseille (Bouches-du-Rhône) le 30 mai, six jours après l'attaque. "Nous confirmons qu'il y a un lien entre les deux avis de recherche et que nous cherchons cette personne. L'enquête doit démontrer s'il s'agit d'un complice ou pas", a confirmé le parquet fédéral.

Il l'aurait aidé à organiser sa fuite

Sur une vidéo de vidéosurveillance de 19 secondes, enregistrée la veille de l'attaque, le 28 mai, les deux hommes sont filmés alors qu'ils "reviennent de la gare de Bruxelles-Nord, où ils sont allés acheter le billet Eurolines permettant à Mehdi Nemmouche de prendre la fuite en France le lendemain, le 29 mai", détaille le quotidien. "Ce jour-là, d'autres images montrent que Nemmouche est accompagné du même homme lorsqu'il réserve son billet" pour le car partant le 29 mai à 19h15, précise le journal.

La Dernière Heure évoque aussi très prudemment l'hypothèse selon laquelle Mehdi Nemmouche ne serait pas le tueur, posant même la question de savoir si le jeune Français et son complice auraient pu être "au service d'un troisième homme (...) comme appui logistique". 

Lors de son arrestation, Mehdi Nemmouche, délinquant récidiviste revenu de Syrie quelques mois plus tôt, était en possession d'un revolver, d'une kalachnikov et de munitions. Il n'a jamais reconnu être l'auteur de la tuerie du Musée juif de Bruxelles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fusillade au Musée juif de Bruxelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.