Tuerie de Toulouse : un arsenal hétéroclite venant du marché illégal

Les armes du tueur responsable de la mort de sept personnes à Toulouse et Montauban sont parmi les plus fréquentes sur le marché illégal en France, qui pourrait totaliser environ 3 millions d'armes à feu contre 7,5 millions sur le marché légal.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Mohamed Merah, qui a été abattu par la police, détenait plusieurs pistolets mitrailleurs et automatiques, dont un pistolet mitrailleur Sten, un uzi, une kalachnikov mais aussi un colt 45, selon les autorités.
Mêlant armes anciennes et plus modernes, cet ensemble hétéroclite ne peut-être obtenu en France que par le biais de réseaux mafieux.
Comme la Sten anglaise, le colt 45 a continué à circuler en France depuis la guerre, "notamment chez les collectionneurs " ou des familles ayant des parents militaires ou résistants estime Benoît Ebel, conseiller technique au syndicat de police Synergie Officiers.
Le Colt 45 retrouvé mercredi à bord d'une Clio est bien celui qui a tué les 7 victimes de Toulouse et Montauban : les expertises balistiques sont formelles.

Les armes de Toulouse, notamment la kalachnikov, sont parmi celles qui apparaissent le plus fréquemment dans les trafics, selon le député Claude Bodin (UMP), cosignataire d'une réforme des armes à feu qui vient d'être adoptée.  
"Ce sont des armes qui viennent des Balkans, qui transitent par l'Italie, puis entrent en France par le sud-est du pays.
Ensuite elles se dispersent sur le territoire. C'est un trafic diffus
", a-t-il ajouté.
Une réforme des armes à feu publiée le 7 mars durcit les sanctions pour détention illégale et actualise une législation qui datait en partie de 1939.
    
Plus de 2,1 millions de détenteurs légaux d'armes sont recensés au sein du fichier Agrippa depuis 2004 par le ministère de l'Intérieur.  Selon lui, 3,5 millions d'armes soumises à déclaration et 4
millions d'armes non soumises à déclaration, essentiellement des armes de chasse qui doivent néanmoins être enregistrées auprès de la préfecture et liées à l'obtention d'un permis, circulent
légalement en France aujourd'hui, soit 7,5 millions au total.
Environ 18.000 personnes interdites de détention sont quant à elles comptabilisées au sein du fichier Finadia.

Sur la base de ces chiffres, plusieurs spécialistes estiment que 10 millions d'armes légales et illégales circulent en France aujourd'hui, certains allant jusqu'à 15 millions.