Trop de malades mentaux en prison, accuse un rapport du Sénat

Comment faire face à la maladie mentale en prison ? Un groupe de sénateurs s'est posé la question. Leur rapport, que France Info a pu consulter, souligne la proportion inquiétante de détenus atteints de troubles graves, comme la schizophrénie.

(Radio France © France Info)

Environ 10 % des détenus souffrent de graves problèmes mentaux. Des troubles si importants qu'une peine de prison n'a guère de sens pour eux. Sans parler des dangers qu'ils font courir à leurs co-détenus.
_ Face à l'ampleur de ce phénomène, l'offre de soins reste insuffisante, en détention mais aussi à l'extérieur de la prison : le nombre de lits d'hôpitaux en psychiatrie a fortement baissé depuis 25 ans.

Les rapporteurs s'inquiètent également des conséquences de la distinction qui est faite depuis 1993 entre abolition du discernement et altération du discernement. Le deuxième cas de figure n'empêche pas de déclarer une personne pénalement responsable. Du coup, les prisons se remplissent d'individus malades, déplore le rapporteur UMP Jean-René Lecerf.

Les sénateurs proposent de diviser par deux les peines pour les condamnés dont l'altération du discernement est établie. Ils prônent également le renforcement de l'offre de soins en prison.

Laurent Doulsan