Traque du forcené en Dordogne : "la vie normale" reprendra "demain matin", selon la maire du Lardin-Saint-Lazare

L'homme de 29 ans, soupçonné d'avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales, a été arrêté lundi.

Des gendarmes traquent l\'homme lourdement armé et retranché dans une forêt de Dordogne depuis le 30 mai 2021.
Des gendarmes traquent l'homme lourdement armé et retranché dans une forêt de Dordogne depuis le 30 mai 2021. (THIBAUD MORITZ / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La maire du village de Lardin-Saint-Lazare (Dordogne) a annoncé lundi que les enfants de la commune pourraient retourner à l'école à partir du mardi 1er juin, après l'arrestation de l'ex-militaire qui était recherché depuis dimanche. La circulation devrait aussi reprendre prochainement. L'homme est soupçonné d'avoir tiré sur des gendarmes appelés dans la nuit de samedi à dimanche pour des violences familiales. Ce direct est désormais terminé.

L'homme recherché arrêté lundi midi. L'ancien militaire retranché depuis dimanche dans une forêt près du Lardin-Saint-Lazare a été "blessé" par balles et interpellé par les forces de l'ordre, lundi en milieu de journée, a annoncé le préfet Frédéric Périssat. Aucun gendarme n'a été blessé lors de l'opération. 

 L'homme a tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales. Le suspect s'est présenté dans la nuit de samedi à dimanche au domicile de son ex-concubine, et s'en est pris violemment à son nouveau petit ami. C'est à ce moment-là que les gendarmes de la compagnie de Sarlat sont intervenus et ont également été pris pour cible, selon le préfet de Dordogne. Deux de leurs véhicules ont été endommagés par les tirs. Le suspect dispose au moins d'un gros calibre.

 Deux enquêtes ouvertes. Deux enquêtes ont été ouvertes après les faits. La première, pour "violences sur ex-conjoint" et "tentative d'homicide" sur l'homme qui était avec l'ex-compagne du forcené, a été confiée à la gendarmerie de Sarlat. La seconde, pour "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique", a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Bordeaux.

Condamné quatre fois pour violences sur conjoint. Le suspect est un ancien militaire, condamné à quatre reprises pour des violences sur conjoint, "au préjudice de la même victime, son ex-compagne", a précisé dimanche en fin de journée Solène Belaouar. Le 23 mars dernier, après une dernière condamnation en février 2020, il avait obtenu un aménagement de peine sous la forme d'un bracelet électronique. Le forcené "avait interdiction de détenir des armes", a souligné la procureure de Périgueux.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DORDOGNE

22h31 : "Du point de vue de la circulation et des activités économiques, tout peut repartir. De même, j'avais demandé à ce que les écoles soient fermées sur le périmètre rapproché. Tout ceci va redémarrer demain."

Frédéric Périssat, préfet de la Dordogne, a fait un point sur la situation au Lardin-Saint-Lazare après l'arrestation de Thierry Dupin. "Il y a une zone sur laquelle les investigations judiciaires vont se poursuivre", a-t-il précisé sur franceinfo.

18h27 : "Il a d’abord tiré sur les véhicules et le personnel de la gendarmerie. Il était situé à une centaine de mètres d’eux. Nous avons alors resserré le dispositif, il a effectué une deuxième salve de tirs. Un homme du GIGN a riposté par un tir, un seul."

Gislain Réty, le commandant du GIGN, a accordé un entretien à France 3 Nouvelle Aquitaine. Il revient sur la manière dont s'est déroulée la traque de Terry Dupin au Lardin-Saint-Lazare et à Condat. L'individu "a été touché par une balle au niveau de la gorge mais la carotide n’a pas été touchée."

18h03 : Pourquoi le forcené n'a-t-il pas été localisé grâce au bracelet électronique qu'il portait ? Julien Nguyen Dang vous explique le fonctionnement de ce dispositif de peine alternative.

Des gendarmes se rendent en moto dans la commune du Lardin-Saint-Lazare (Dordogne), où un individu lourdement armé est recherché après avoir ouvert le feu sur les forces de l'ordre, le 31 mai 2021. (THIBAUD MORITZ / AFP)(THIBAUD MORITZ / AFP)

17h51 : "Connaissant mon frère, ça se termine rarement bien." Le grand frère de Terry Dupin, interpellé à la mi-journée par le GIGN après 36 heures de traque, a témoigné au micro de France Bleu Périgord. "Je savais très bien qu'il n'allait pas lever les bras avec son drapeau blanc", commente-t-il.

16h59 : "Je suis soulagée pour la population, qui a été exemplaire."

Interrogée par franceinfo, la maire du village de Dordogne a salué le comportement de ses administrés, qui ont "écouté à la lettre toutes les consignes qu'on leur avait données".

16h22 : Selon une source proche du dossier à franceinfo, l'homme interpellé a également tiré hier en direction de deux mineurs circulant à scooter, sans les toucher. Retrouvez ce que l'on sait de son interpellation dans cet article.

16h20 : On en sait désormais un peu plus sur les circonstances de l'interpellation du forcené. C'est le témoignage d'un habitant de Condat-sur-Vézère, après l'appel à témoins lancé ce matin, qui a permis aux gendarmes de chercher précisément dans ce secteur, selon les informations de franceinfo.

13h38 : "La vie normale ne reprendra que demain matin."

Interrogée par BFMTV, la maire du village annonce la reprise de l'école dès demain matin pour les enfants de la commune, et la reprise prochaine de la circulation. Le dispositif de sécurité sera progressivement levé après l'interpellation du forcené par le GIGN.

13h20 : A l'issue du point-presse des autorités, voilà ce que l'on sait sur l'interpellation du forcené :

• L'individu a ouvert le feu sur les gendarmes, qui ont riposté. Il a été "neutralisé" par le GIGN, blessé par balles. Des "blessures graves" sont évoquées, sans plus de précisions.

• Aucun gendarme n'a été blessé lors des opérations, une information confirmée par le général André Pétillot à la tête des opérations.


• L'individu a été localisé "en bordure de la zone" dans laquelle il était recherché.

13h10 : "Il n'y a aucune blessé parmi les gendarmes", précise le général André Pétillot, en charge des opérations sur place. "La seule personne victime, c'est l'auteur."

13h35 : "L'individu a été neutralisé. Il a été blessé, il est actuellement entre les mains des secours."

Le préfet de Dordogne précise que l'homme a été pris en charge, et remercie la population. L'individu a été localisé "en bordure de la zone" dans laquelle il était recherché.

12h58 : L'homme a été maîtrisé par le GIGN, mais aucune information n'a encore été communiquée au sujet de son état de santé. Nous vous donnerons plus de précisions dès que d'autres informations seront disponibles.

12h56 : Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, annonce sur Twitter que le forcené a été "neutralisé".

12h41 : Bonjour @Daniel, vous faites sûrement référence au bracelet électronique dont est équipé l'homme recherché au Lardin-Saint-Lazare, à la suite d'une condamnation pour violences conjugales. Le général André Pétillot a expliqué hier lors d'un point-presse que ce dispositif sonne lorsque le porteur sort d'un périmètre établi. Il a bien sonné dans la nuit de samedi à dimanche lorsque le forcené a quitté son domicile. Cependant, aucune précision supplémentaire n'a été apportée pour ne pas nuire au bon déroulement de l'enquête.

12h38 : Qu’est devenu le bracelet de localisation ?

11h26 : La photo du suspect vient d'être publiée par la gendarmerie.

11h28 : "On est sur un scénario assez classique quant au mobile, mais moins classique quant au protagoniste".

Pour le criminologue Jean-Pierre Bouchard, le militaire recherché est dans une attitude de "jalousie" vis-à-vis du nouveau compagnon de son ex-femme sur lequel il a tiré dans la nuit de samedi à dimanche, sans parvenir à l'atteindre. Selon le psychologue, il y a toujours un "espoir" qu'il se rende de lui-même aux forces de l'ordre.

11h15 : La photo du fugitif devrait être diffusée dans les minutes qui viennent.

11h13 : "On a face à nous un individu aguerri, endurant, qui a l'habitude de vivre pendant plusieurs jours en autonomie", précise de son côté André Pétillot, général de la gendarmerie en charge de la Nouvelle-Aquitaine.

11h16 : Il ajoute que "le risque est là" car l'homme de 29 ans "est armé donc il faut absolument respecter les consignes de prudence". Les quelque 1 800 habitants du village du Lardin-Saint-Lazare sont confinés. Les écoles sont fermées.

11h09 : "Nous procédons à des investigations systématiques de la zone dans laquelle nous avons des indices de sa présence. Les heures passent mais le travail continue avec toujours le même objectif : interpeller l'individu sans mettre en danger la population", explique le préfet.

11h08 : Le préfet de la Dordogne fait un point sur l'avancée des recherches pour retrouver un ancien militaire lourdement armé, quatre fois condamné pour violences conjugales, et réfugié depuis plus de 24 heures dans une forêt cernée par les forces de l'ordre au Lardin-Saint-Lazare.

09h05 : "Un bouclage très serré" de la zone est "maintenu lundi pour protéger la population", a fait savoir la gendarmerie précisant que le confinement des quelque 1 800 habitants du Lardin-Saint-Lazare se poursuivait. L'école de la commune reste fermée et les transports scolaires interrompus.

08h21 : "On pense qu'il est toujours dans la zone dans laquelle nous travaillons", a indiqué le général André Pétillot, commandant de la région de gendarmerie de Nouvelle Aquitaine, à propos de l'ancien militaire retranché depuis hier dans une forêt de Dordogne.

07h28 : "Le travail de ratissage de l'ensemble du périmètre va être long et minutieux. Cela peut durer encore de nombreuses heures".

La traque de l'ex-militaire retranché depuis plus de 24 heures dans une forêt près de Sarlat se poursuit ce matin. Depuis le tout début de la matinée, le GIGN et plus de 300 gendarmes appuyés par sept engins blindés et sept hélicoptères, tentent de débusquer cet homme de 29 ans, réfugié dans une zone escarpée, pierreuse et boisée, difficile d'accès.