Cet article date de plus de neuf ans.

Trappes : retour au calme après une nuit de violences

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées ce vendredi soir devant le commissariat de Trappes, sur lequel ils ont lancé de nombreux projectiles. Des violences qui ont pour origine l'interpellation jeudi, d'un homme qui se serait opposé au contrôle par la police de son épouse voilée.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

Les différents témoignages font état d'un rassemblement très violent. Le quartier des Merisiers, à Trappes (Yvelines), s'est embrasé vendredi soir vers 20h30. Entre 200 et 400 personnes "hostiles" se sont retrouvées devant le commissariat, lançant des cailloux et autres projtectiles. Les manifestants se sont dispersés vers 3h.

"Des projectiles ont été lancés, il y a des blessés parmi les forces de l'ordre ", précise un représentant du syndicat Unsa police. D'après l'AFP, qui cite " des sources proches du dossier ", un jeune garçon aurait été touché par un tir de flashball et transporté à l'hôpital. Mais la préfecture des Yvelines ne confirme pas. Il y a "d es blessés parmi les forces de l'ordre ", selon Henri martini, secrétaire général du syndicat de police Unité SGP Police.

De source policière, une dizaine de fourgons de CRS a été déployée pour protéger le bâtiment. Ses abords ont été "sécurisés " dans la soirée. Les forces de l'ordre se sont dans le même temps déployées dans le quartier, survolé également par un hélicoptère. 

Un contrôle qui a mal tourné

Ces échauffourées ont eu lieu suite à une verbalisation qui a mal tourné ce jeudi. La police a arrêté un jeune couple, dont une femme portant un voile intégral. Le mari "a insulté le policier qui procédait au contrôle et l'a frappé ", d'après la préfecture des Yvelines. Il a été interpellé et placé en garde à vue. Il devrait être présenté lundi devant le procureur, d'après les syndcats de policiers. Sa compagne a été verbalisée. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.