Toulouse : enquête pour tentative de meurtre après l'agression d'une femme par un homme interné en psychiatrie pour cannibalisme

L'homme âgé de 33 ans s'est évadé mercredi soir de l'hôpital psychiatrique où il était interné avant d'agresser une femme âgée de 72 ans. Elle souffre de multiples fractures aux bras et de plaies à la tête.

Article rédigé par
Avec France Bleu Occitanie - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien soldat soupçonné d'avoir mangé en novembre le cœur et la langue d'un octogénaire dans un village des Pyrénées arrive pour son procès au palais de justice de Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 20 décembre 2013. (GAIZKA IROZ / AFP)

Une enquête a été ouverte pour tentative de meurtre par le parquet de Toulouse vendredi 21 janvier, après l'interpellation jeudi d'un homme présenté comme très dangereux, qui a agressé une femme après s'être évadé d'un hôpital psychiatrique, rapporte France Bleu Occitanie.

Sa victime, âgée de 72 ans, souffre de multiples fractures aux bras et de plaies à la tête. Le parquet de Toulouse veut notamment vérifier la responsabilité de l'auteur au moment des faits, avec une nouvelle expertise psychiatrique.

Jugé irresponsable pénalement

L'homme âgé de 33 ans est de nouveau interné à l'hôpital Marchant à Toulouse, dont il s'était échappé mercredi soir, profitant d'un moment d'inattention du personnel soignant.

Il y est pris en charge depuis plusieurs années, jugé irresponsable pénalement. En novembre 2013, il avait tué à coups de bâton un homme de 90 ans à Nouilhan (Hautes-Pyrénées), avant de lui manger le cœur et la langue, cuisinés avec des haricots. Il avait ensuite tenté de tuer un autre habitant de ce village.

Cet ancien militaire a passé cinq ans dans un régiment de char de l'infanterie de marine basé à Poitiers. Après son séjour en Afghanistan, il a séjourné à Chypre pour une évaluation psychologique. Un syndrome post-traumatique a alors été diagnostiqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.