Cet article date de plus de huit ans.

Toulouse : berceau des terroristes français ?

Après Mohamed Merah, deux jeunes Français originaires de Toulouse sont soupçonnés de terrorisme. Nicolas et Jean-Daniel B., 30 et 23 ans, se sont convertis il y a peu à l'islam et ont rejoint la Syrie il y a quatre mois pour combattre dans les rangs islamistes. Il y a quelques jours, ils ont posté une vidéo sur internet.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Radio France)

Deux jeunes frères de Toulouse ont quitté la France il y a quatre mois pour rejoindre les combattants islamistes en Syrie. L'aîné, âgé de 30 ans, apparaît dans une vidéo postée sur You Tube, dans laquelle il appelle au djihad et exhorte le président français François Hollande à se convertir à l'islam. En mars 2012, Mohamed Merah, qui vivait à Toulouse, a assassiné sept personnes, dont trois enfants. 

Ces deux Français, Nicolas et Jean-Daniel B., étaient un peu en perte de repères. L'aîné déclare dans sa vidéo s'être converti à l'islam il y a trois ans. Il y a un an, il aurait convaincu son jeune demi-frère de faire comme lui. "Il émane de Toulouse un peu plus de radicaux islamiques que d'autres villes où il y a d'importantes communautés musulmanes ", explique Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE. "Cela laisse à penser qu'il existe probablement dans la région de Toulouse deux ou trois centres tenus par des imams salafistes qui doivent agir sur des personnalités fragiles ."

Autre enseignement pour Alain Chouet : il y a, à Toulouse, moins de réseau criminel qu'ailleurs. "En général, quand il y a des réseaux criminels, ils sont très attentifs à ce qu'il n'y ait pas de dérive vers le terrorism e", les peines encourues étant bien plus sévères. 
Mais globalement, le nombre de Français dérivant vers ce type de trajectoire est "extrêmement limité ", selon le spécialiste.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.