VIDEO. La France "ne vaincra pas le terrorisme en trahissant ses valeurs" : le discours du père de Lola, tuée au Bataclan

Georges Salines, président de l'association "13 novembre : fraternité et vérité", s'est exprimé le premier lors de la cérémonie d'hommage aux victimes du terrorisme organisée lundi.

france télévisions

Georges Salines a perdu sa fille Lola, 29 ans, le 13 novembre 2015 au Bataclan. Aujourd'hui président de l'association "13 novembre : fraternité et vérité", il était le premier à s'exprimer lors de la cérémonie en hommage aux victimes du terrorisme, organisée lundi 19 septembre aux Invalides à Paris.

"Victime, c'est une situation peu enviable et une étiquette bien lourde à porter", a-t-il commencé. Il a ensuite lu le mot d'une amie de sa fille. "Reprendre une vie normale, c'est ne pas être rappelée à son traumatisme tous les quatre matins. Laissez-moi faire mon deuil de mon amie Lola", a-t-elle écrit. "Je comprends ce qu'a dit cette jeune femme et je respecte son droit à l'oubli. Mais voilà, son amie Lola, c'était ma fille. Et moi, j'ai suivi un chemin différent qui passe par ma présence ce matin parmi vous", réagit-il.

"Cet hommage me semble indispensable"

Georges Salines a ensuite évoqué d'autres attentats. "Aucune cause ne vaut qu'on arrache le pied d'un enfant de 8 ans. Aucune. Victimes innocentes de toutes les violences terroristes, vous êtes mes frères et mes sœurs et je veux que mon pays aussi vous affirme cette fraternité. Voilà une première raison pour laquelle cet hommage me semble indispensable", poursuit-il.

"Cet hommage national peut aussi servir ça : à rappeler que parmi les victimes du terrorisme, les musulmans sont très nombreux et sont aussi nos frères. La République française ne vaincra pas le terrorisme en trahissant ses valeurs (...) mais en étant fidèle à son slogan : liberté, égalité, fraternité", a-t-il conclu. 

Georges Salines, président de l\'association \"13 novembre : fraternité et vérité\", le 21 mars 2016 à l\'Elysée.
Georges Salines, président de l'association "13 novembre : fraternité et vérité", le 21 mars 2016 à l'Elysée. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)