Treize jihadistes présumés sont actuellement surveillés sous bracelet électronique

L'un des deux auteurs de l'attaque contre l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où un prêtre a été assassiné mardi, portait un bracelet électronique au moment des faits,

En France, treize personnes poursuivies ou condamnées pour jihadisme sont surveillées grâce à un braclet électronique.
En France, treize personnes poursuivies ou condamnées pour jihadisme sont surveillées grâce à un braclet électronique. (MAXPPP)

Treize personnes sont actuellement surveillées à l'aide d'un bracelet électronique en France en lien avec des affaires de jihadisme. C'est ce qu'a révélé le ministère de la Justice mercredi 27 juillet. Sur ces treize personnes, sept sont mises en examen et en attente de jugement, assignées à résidence sous surveillance électronique, et six sont des individus placés sous surveillance électronique après avoir été condamnés.

L'un des deux auteurs de l'attaque contre l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), où un prêtre a été assassiné mardi, portait un bracelet électronique au moment des faits, après avoir tenté par deux fois de gagner la Syrie en 2015. Après avoir été placé en détention provisoire, la juge d'instruction antiterroriste avait ordonné son placement sous contrôle judiciaire avec assignation à résidence sous surveillance électronique. Une décision à laquelle le parquet s'était opposé, sans succès.

Au 1er mars, 10 487 personnes étaient surveillées via un bracelet électronique en France, qu'elles soient en attente de jugement ou condamnées. Parmi elles, 253 individus étaient des prévenus en attente de jugement.