Saint-Étienne-du-Rouvray : la préfecture était au courant du risque d'attentat

Une enquête de Mediapart dévoile que les services de renseignement français étaient au courant du risque d'attentat dans une Église. 

France 3

L'attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) aurait-il pu être évité ? La vie du père Jacques Hamel aurait-elle pu être sauvée ? La justice devra désormais tenter de répondre à ces questions, tant les accusations d'une enquête réalisée par Mediapart sont accablantes. Cinq jours avant l'attentat, les deux tueurs, Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean sont déjà connus des renseignements. Un brigadier découvre alors des messages publiés par Kermiche sur la messagerie cryptée Telegram. Ces messages ne laissent que peu de doutes sur ses intentions : "Tu vas dans une église et déglingue tout le monde, je ne sais pas moi ! Tu fais ce qu'il y a à faire et voilà !"

Faute d'une signature, la note ne sera jamais transmise à la DGSI

Le brigadier s'alerte d'une possible attaque à venir, il rédige immédiatement une note pour alerter sa hiérarchie. Cette note est censée être envoyée à la DGSI. Selon l'auteur de l'enquête, ce ne sera pas le cas. L'affaire a lieu en période de vacances, une signature manque à la validation, la note ne sera jamais transmise. La préfecture de police se défend dans un communiqué, expliquant que "cette note, qui ne comportait pas de caractère d'urgence, a suivi le circuit habituel de validation".
Autre accusation de Mediapart : les services auraient tenté de camoufler leur erreur après-coup. Quelques heures seulement après l'attentat, la note en question aurait été postdatée. Pour l'avocat de deux victimes, le cas est "extrêmement grave" et l'attentat aurait pu être évité. La police des polices devra désormais déterminer s'il y a eu dysfonctionnement au sein des services de renseignement français.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une photo du père Jacques Hamel, déposée parmi les fleurs le 27 juillet 2016, devant l\'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime).
Une photo du père Jacques Hamel, déposée parmi les fleurs le 27 juillet 2016, devant l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). (IAN LANGSDON / EPA)