Les 4 Vérités – Hervé Mariton : l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray due à "un dysfonctionnement de la justice"

Député Les Républicains, Hervé Mariton est l'invité de Gilles Bornstein sur le plateau des 4 Vérités de France 2 ce mercredi 27 juillet.

France 2

 

"Les barbares ne doivent pas gagner et les barbares ne gagneront pas", réagit dans les 4 Vérités ce mercredi matin le député LR Hervé Mariton après l'attaque d'une église à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) revendiquée par Daech. Il estime qu'il y a "un mauvais fonctionnement de la justice lorsque Adel Kermiche n'est que placé sous bracelet électronique".

A la question de savoir s’il faut sacrifier l'État de droit pour protéger les Français, Hervé Mariton répond : "L'État de droit, c'est important, mais la loi doit répondre aux exigences. La menace est partout alors tous les Français doivent se mobiliser, les responsables publics en premier lieu, avec des lois à la hauteur de la situation". Le député de la Drôme prend alors l'exemple d'Israël, qui "est respectueux de l'État de droit, c'est ce qui fait son identité et sa force".

Pour Mariton, "la délinquance est le terreau du terrorisme"

Hervé Mariton souhaite notamment "le rétablissement de la double peine pour que les délinquants étrangers ne restent pas en France car souvent la délinquance est le terreau du terrorisme". Pour lui, "après un tri nécessaire dans les fichiers 'S', certaines personnes pourraient être mises en rétention administrative. Avec une loi bien écrite, dans les circonstances actuelles, la rétention administrative peut être justifiée et constitutionnelle".

"Je serai candidat à la primaire de la droite en vue de la présidentielle", confirme-t-il par ailleurs. "Je travaille au rassemblement des parrainages. C'est un boulot de tout l'été. Mon projet et ma candidature sont plus que jamais indispensables parce qu'il faut de la cohérence, de la constance, de la vigueur et du sérieux dans l'offre politique de notre pays. Je sais que je ne suis pas celui qui buzze le plus mais la France n'a pas besoin de buzz à l'heure actuelle".