DIRECT. Policiers tués à Magnanville : François Hollande a rendu hommage à "deux héros du quotidien"

François Hollande s'est recueilli à la préfecture de Versailles, en présence des familles des victimes.

François Hollande et Manuel Valls participent à la cérémonie d\'hommage aux policiers tués à Magnanville, le 17 juin 2016 à Versailles.
François Hollande et Manuel Valls participent à la cérémonie d'hommage aux policiers tués à Magnanville, le 17 juin 2016 à Versailles. (DOMINIQUE FAGET / AFP)
Ce qu'il faut savoir

François Hollande a présidé, vendredi 17 juin, une cérémonie en mémoire au couple de policiers tués à Magnanville (Yvelines) par un terroriste se revendiquant de l'Etat islamique. Le chef de l'Etat a rendu hommage à "deux héros du quotidien victimes d'un terroriste habité par la haine", en présence de leurs familles, ainsi que du Premier ministre, Manuel Valls, et du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. 

Plusieurs centaines de policiers présents. De nombreux policiers en uniforme, ainsi que des gendarmes et des pompiers ont assisté à la cérémonie. Les cercueils de Jean-Baptiste Salvaing et de Jessica Schneider avaient été placés au centre de l'avenue de Paris, tandis que des photos du couple défilaient sur un écran géant.

Des mesures pour "garantir l'anonymat" des policiers"[Ce crime] doit nous amener à donner aux policiers et aux gendarmes les moyens de se défendre lorsqu'ils ne sont pas en service, en conservant leurs armes à tout moment, a déclaré François Hollande. Il nous faut aussi éviter (...) que les policiers et les gendarmes soient identifiés et pris pour cibles par les malfaiteurs."

 Les violences contre les forces de l'ordre "ne seront jamais impunies". François Hollande a assuré qu'il n'accepterait "jamais qu'un policier ou un gendarme soit pris à partie" et "pas d'avantage qu'ils soient victimes de diffamations ou d'insultes""La justice passera avec la plus grande sévérité, et tous ceux qui défient l'autorité légitime de l'Etat doivent savoir qu'ils devront répondre de leurs actes", a ajouté le président.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MAGNANVILLE

20h24 : Bonsoir @Anonyme, oui, c'est possible ! L'édition spéciale de France 2 est disponible sur francetv pluzz.

20h24 : Bonsoir, est-il possible de (re)voir l'édition spéciale en hommage au couple de policiers tués ?

18h43 : "J'ai tout simplement dit à ce policier, parce qu'il me disait que 'c'était dur', que c'était difficile pour tout le monde, pour les familles. Que jamais un gouvernement n'avait fait autant pour soutenir les forces de l'ordre et de sécurité, que nous avions besoin de ces forces de l'ordre."

Manuel Valls dit "pouvoir comprendre" l'incident intervenu lors de la cérémonie d'hommage au couple de policiers assassinés à Magnanville (Yvelines), lors de laquelle un policier n'a pas serré la main du président ni celle du Premier ministre. Dans le contexte, cette attitude n'était "en rien irrespectueuse", assure-t-il.

18h22 : Adressez vous à Sarkozy qui a supprimé 13000 postes. Ras le bol d'attaquer Hollande.

18h22 : Je comprends ce policier qui comme les autres membres de sa profession subit en ce moment une actualité hostile à leur égard avec des moyens limités. Cela dit, je ne cautionne pas son geste : les chefs du gouvernement étaient là pour manifester leur soutiens aux forces de l'ordre face à un acte abominable, chaque chose en son temps.

18h22 : Même en tant que représentants des forces de l'ordre, nous avons tout à fait le droit de ne pas être d'accord, voire même d'être en colère contre le gouvernement qui ne nous aide pas à accomplir notre travail sereinement avec tous les moyens nécessaires.

18h22 : Manque de moyens et de reconnaissance pour tous les métiers (police, pompiers, infirmières...). Je le comprends!

18h22 : Un policier a refusé de saluer le chef de l'Etat et le Premier ministre lors de l'hommage à ses deux collègues tués par un terroriste à leur domicile. Son attitude vous divise.

13h30 : A la mi-journée, voici les trois informations qui retiennent le plus votre attention sur francetv info :

• Un policier a refusé de saluer le chef de l'Etat et le Premier ministre, lors de l'hommage national à ses deux collègues tués par un terroriste à leur domicile.

Didi, "héros oublié" du Bataclan, est désormais français.L'agent de sécurité qui a sauvé des dizaines de spectateurs, le 13 novembre 2015 a reçu officiellement la nationalité française.

• Un groupe d'amis de Vesoul est parti en Syrie rejoindre l'Etat islamique fin 2014. France 2 a enquêté sur ces jeunes jihadistes français.

13h10 : Parmi les personnels des forces de l'ordre, il y en aura toujours pour se joindre à la demande justifiée de respect que l'on doit aux représentants des forces de l'ordre et ensuite se contredire eux-mêmes en refusant d'accorder le respect qu'ils doivent au chef de l'Etat. Geste minable.

13h09 : Merci aux policiers aux gendarmes aux militaires de notre pays. Ils accomplissent un travail fantastique et nous protègent de tous ces délinquants qui nous pourrissent la vie. L'Etat a le devoir de mettre les moyens nécessaires à leur disposition.

13h05 : Acte politique d'une incorrection mal venue

13h05 : En dehors de toute conviction politique (en reste-t-il ?), soutien total à ce policier courageux. Malheureusement pour lui, son avancement risque d'être compromis.

13h15 : Un policier a bel et bien refusé de saluer le chef de l'Etat et le Premier ministre lors de l'hommage à ses deux collègues tués par un terroriste à leur domicile. Deux journalistes de France 2 le confirment. Son attitude vous divise.


(france televisions)

12h44 : Une équipe de TF1 a retrouvé l'homme qui a refusé de serrer la main de François Hollande et Manuel Valls lors de l'hommage national aux deux policiers tués. Il s'agit bien d'un policier de Mantes-la-Jolie, là où avait travaillé le couple assassiné par un terroriste. Il explique les raisons de son geste par un "ras-le-bol" au sein de la police face au manque de moyens notamment.

12h31 : @anonyme : Nous avons revu les images de France 2 et il semble bien qu'un homme dans le public – peut-être pas un policier – ait refusé de serrer la main à François Hollande et à Manuel Valls.



(france televisions)

12h14 : Des policiers ont refusés de serrer la main du président et du Premier ministre ! Depuis les attentats, ils ne font rien pour défendre notre police ! Soutien à notre police !

12h13 : Merci à tous nos policiers et gendarmes, dans leur travail quotidien, d'être à notre service et nous protéger.

12h12 : Soutien total et inconditionnel aux forces de l'ordre, de sécurité et de protection civile victimes en ce moment à des degrés divers de tous les extrémismes. L'écrasante majorité de la population les soutient.

11h49 : A la fin de son discours, François Hollande a salué le métier des policiers, "sans cesse plus sollicités" par l'état d'urgence ou les événements. Le chef de l'Etat a affirmé qu'il n'acceptera jamais que les agents "soient l'objet de diffamations ou d'insultes".




(france televisions)

11h42 : "Deux héros du quotidien", tués par "un terroriste habité par la haine". C'est ainsi que François Hollande a introduit son discours et rendu hommage au couple de policiers tués à Magnanville (Yvelines).




(france televisions)

11h37 : La cérémonie d'hommage qui a duré un peu plus d'une heure s'achève. Les policiers se dispersent devant la préfecture de Versailles.

11h30 : Signe de l'émotion : une dizaine de personne ont fait des malaises et perdu connaissance lors de la cérémonie, selon un journaliste de France 2.

11h25 : je suis triste et en colère. Il nous faudra combien de policiers morts pour que les choses changent ???? Ils protègent la nation, mais qui les protègent ????

11h24 : Un peu plus tôt, François Hollande a décoré les deux policiers de la Légion d'honneur, à titre posthume. Regardez ce moment.




(france televisions)

11h21 : Pour François Hollande, ce crime "doit nous amener à donner aux policiers et aux gendarmes les moyens de se défendre lorsqu'ils ne sont pas en service. En conservant leurs armes à tout moment, comme cela a été admis pour les policiers dans le cadre de l'état d'urgence".

11h19 : Grande tristesse pour ces deux policiers tués par un barbare.

11h14 : François Hollande n'acceptera "jamais" que les policiers "soient l'objet de diffamations et d'insultes". Le président affirme que "des mesures seront prises pour garantir l'anonymat" des policiers en dehors de leur service.

11h05 : "Il nous est insupportable de penser que ces existences si prometteuses, ont été brutalement anéanties, victimes d'un terroriste habité par la haine. Le pays tout entier, au nom duquel je m'exprime en ce jour, s'en est trouvé saisi d'indignation et d'horreur."



11h00 : François Hollande exprime son "soutien", sa "confiance" et sa "reconnaissance" aux policiers.

10h56 : "Ils ont succombé parce qu'ils avaient fait le choix périlleux de nous défendre et de servir la loi."

Le président François Hollande prend la parole à la préfecture de Versailles où se tient l'hommage à deux policiers tués par un jihadiste. Il salue la mémoire de "deux héros du quotidien".

10h52 : A l'extérieur de la préfecture de Versailles (Yvelines), de nombreux policiers en civil assistent à l'hommage rendu aux policiers tués.




(france televisions)

10h50 : Minute de silence à Versailles où le président François Hollande vient de remettre la légion d'honneur aux deux policiers tués.

10h50 : Je suis à Versailles Satory avec ma petite-fille de 3 ans et demie, un silence dans notre cité militaire ! J'ai la chair de poule !

10h46 : L'hommage aux policiers tués par un jihadiste a commencé. Regardez-le ici.

10h40 : Images saisissantes, émouvantes...larmes aux yeux...

10h39 : Pour la deuxième fois, la Marseillaise résonne à Versailles. Le président François Hollande est présent pour rendre hommage au couple de policiers tués à Magnanville, mais aussi le Premier ministre, Manuel Valls et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

10h28 : Le policier et sa compagne assassinés par un jihadiste seront inhumés dans l'Hérault, d'où était originaire Jean-Baptiste Salvaing, selon l'avis de décès publié par la famille. Le commandant de police était originaire de Pézenas, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Montpellier.

10h05 : François Hollande préside l'hommage au couple assassiné par un jihadiste à Magnanville (Yvelines). Vous pouvez regarder en direct l'événement.

09h06 : La police nationale a ouvert un compte bancaire pour recueillir des dons en faveur des enfants du couple assassiné à Magnanville (Yvelines), signale RTL.