Policiers tués à Magnanville : le parquet antiterroriste a requis le renvoi devant les assises d'un complice présumé

Mis en examen en 2017 pour "complicité d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste", il est depuis en détention provisoire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un policier décrochant une photo de Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, tués dans leur résidence à Magnanville, après un hommage organisé à Pezenas le 20 juin 2016.   (SYLVAIN THOMAS / AFP)

Le parquet antiterroriste demande le renvoi devant les assises pour Mohamed Lamine Aberouz, un complice présumé de l'assassinat d'un policier et de sa compagne à Mangnanville (Yvelines) en 2016, a appris franceinfo de source judiciaire.

Mohamed Lamine Aberouz, 28 ans, a été mis en examen le 11 décembre 2017 pour "complicité d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et est depuis en détention provisoire. L'assassin, Larossi Abballa, avait revendiqué" l'attaque au nom du groupe Etat islamique, avant d'être abattu par les policiers.

Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, commandant adjoint au commissariat des Mureaux (Yvelines), et sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, agente administrative dans un commissariat voisin, avaient été assassinés à leur domicile, en présence de leur fils âgé alors de trois ans. Ce double assassinat avait provoqué un vif émoi en France et au sein des forces de l'ordre: pour la première fois, deux des leurs avaient été visés par une attaque jihadiste à leur domicile.


En septembre 2016, Mohamed Lamine Aberouz avait été mis en examen dans l'enquête sur le commando de femmes soupçonné d'avoir préparé un attentat à la voiture piégée près de la cathédrale Notre-Dame à Paris.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.