Policier tué sur les Champs-Elysées en 2017 : le Parquet antiterroriste souhaite un procès pour quatre suspects

Xavier Jugelé avait été tué et deux autres policiers grièvement blessés le 20 avril 2017 sur l'avenue des Champs-Elysées au centre de Paris.

Des fleurs déposées en mémoire du policier tué sur les Champs-Elysées dans le cadre de ses fonctions, jeudi 20 avril 2017.
Des fleurs déposées en mémoire du policier tué sur les Champs-Elysées dans le cadre de ses fonctions, jeudi 20 avril 2017. (JULIEN MATTIA / NURPHOTO / AFP)

Le Parquet national antiterroriste a requis un procès aux assises pour quatre suspects, dans l'enquête sur l'assassinat du policier Xavier Jugelé sur les Champs-Elysées en 2017, a appris mardi 21 juillet franceinfo de source judiciaire. Il appartient maintenant aux juges d'instruction de décider.

L'ADN d'un suspect retrouvé sur l'arme 

Il s'agit de quatre personnes mises en examen et soupçonnées d'avoir participé à la fourniture de la kalachnikov utilisée par le tireur. L'ADN de l'un d'entre eux avait été retrouvé sur l'arme. Dans son réquisitoire définitif, le Pnat réclame qu'un des quatre suspects soit jugé pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Il demande que les trois autres soient jugés pour "infraction à la législation sur les armes", sans que la circonstance aggravante de terrorisme soit toutefois retenue à leur encontre, rien ne prouvant selon le parquet qu'ils étaient au courant des intentions du tireur.

Le 20 avril 2017, à trois jours du premier tour de la présidentielle, Karim Cheurfi, un Français de 39 ans au lourd passé judiciaire et déjà condamné pour tentatives de meurtres sur des policiers, avait tiré à l'arme automatique sur un fourgon de police garé sur l'avenue des Champs-Elysées, tuant de deux balles dans la tête Xavier Jugelé, et blessant deux autres policiers, avant d'être abattu. L'attaque avait été revendiquée par l'organisation Etat islamique.