Cet article date de plus de quatre ans.

Notre-Dame de Paris : l'agresseur du policier était doctorant en journalisme à Metz

France Bleu Lorraine Nord révèle mardi soir que l'homme qui a attaqué un policier sur le parvis de Notre-Dame à Paris, dans l'après-midi, était doctorant en journalisme à Metz (Grand Est).

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les enquêteurs sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, à Paris, après l'attaque contre un policier, le 6 juin 2017. (PHILIPPE DE POULPIQUET / MAXPPP)

L'homme d'origine algérienne, âgé de 40 ans, qui a attaqué un policier avec un marteau mardi 6 juin sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame à Paris, était étudiant à Metz rapporte France Bleu Lorraine Nord.

L'agresseur était inscrit en "thèse depuis 2014", selon le président de l'Université de Lorraine, il avait suivi son directeur de thèse à Paris en 2016 tout en restant inscrit à Metz. Pierre Mutzenhardt ajoute que rien de suspect "n'avait été détecté" chez cet étudiant.

"Phénomènes de radicalisation"

L'assaillant étudiait "la manière dont les médias travaillent en Afrique du Nord, en Tunisie, en Algérie, au Maroc". Cet étudiant au profil atypique a été "journaliste avant pour des médias d'Afrique du Nord et ensuite, il est venu se former à Metz." Il travaillait plutôt "sur des sujets ouverts" affirme Pierre Mutzenhardt.

Sur 60 000 étudiants, "il y a forcément des phénomènes de radicalisation", comme dans la société assure le président de l'Université de Lorraine.

"Ça peut choquer en interne les personnes qui l'ont côtoyé, les gens du laboratoire", Pierre Mutzenhardt, président de l'Université de Lorraine à France Bleu Lorraine Nord.
écouter
Son directeur de thèse, Arnaud Mercier, se dit abasourdi par la nouvelle. "Je suis tombé de ma chaise, c'était totalement inimaginable" a t-il réagi sur franceinfo. Il explique par ailleurs qu'il n'avait plus aucune nouvelle de son étudiant depuis plusieurs mois. "Rétroactivement, je me dis que cela aurait dû me mettre la puce à l'oreille parce que ce n'était pas du tout son habitude".

Arnaud Mercier : "Je suis tombé de ma chaise. Pour moi, c'est absolument incompréhensible"
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.