Il y a un an, 276 lycéennes étaient kidnappées au Nigéria

Il y a un an jour pour jour, 276 lycéennes étaient kidnappées au nord-est du Nigéria. Un rapt revendiqué par le groupe Boko Haram. 217 jeunes filles restent toujours portées disparues.

France 2

Ils étaient quelques centaines le lundi 13 avril à manifester dans les rues d'Abuja, la capitale du Nigéria, pour ne pas que le monde oublie, comme l'a constaté Maximme Baysse, de France 2. Pour les manifestants, le silence des autorités n'a que trop duré. "On aurait dû réussir à les protéger, mais on a échoué. On devrait réussir encore à les libérer, mais on échoue encore. C'est une honte pour ce pays et pour le monde entier", se lamente Aisha Yesufu, militante du collectif "Bring Back our Girls".

Converties de force à l'Islam

A la veille d'un examen de fin de scolarité, les 276 jeunes filles avaient été enlevées par Boko Haram à Chibok. Seule une cinquantaine d'entre elles avait réussi à s'échapper. Aboubakar Shekau, le chef de Boko Haram, les avait converties de force à l'Islam, avant de menacer de les vendre. La prix Nobel de la paix Malala ou encore l'épouse du président américain Michelle Obama s'en étaient émues. Les photos avaient fait le tour du monde. Depuis décembre 2014, 2 000 jeunes filles ont été kidnappées au Nigéria.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants portent des pancartes \"Bring Back our Girls\", pour demander la libération des 276 lycéennes de Chibok, enlevées par Boko Haram, lors d\'un rassemblement à Lagos (Nigeria), le 7 mars 2015.
Des manifestants portent des pancartes "Bring Back our Girls", pour demander la libération des 276 lycéennes de Chibok, enlevées par Boko Haram, lors d'un rassemblement à Lagos (Nigeria), le 7 mars 2015. (PIUS UTOMI EKPEI / AFP)