Procès Thalys : les "héros" américains témoignent

Le procès de l'attentat déjoué du Thalys en 2015 se tient depuis lundi 16 novembre à la cour d'assises spéciale de Paris. L'un des assaillants avait été maîtrisé par trois jeunes américains.

Le 21 aout 2015 à 17h50, les passagers du Thalys Amsterdam-Paris ont sans doute échappé au pire. Un coup de feu est tiré par Ayoub El Khazzani. Un soldat américain, Spencer Stone, se précipite vers l'assaillant qui braque son arme sur lui. Il se jette au sol avec lui, lui fait une clé d'étranglement et attrape la kalachnikov. Un des amis du soldat américain, militaire lui aussi, intervient et dérobe le pistolet de l'assaillant pour l'interpeller. Il sera ensuite arrêté.

"Clore un chapitre de cinq ans"

Le procès d'Ayoub El Khazzani se tenait cette semaine à Paris en présence des soldats américains : "Je ne me sens pas comme un héros, nous avons fait ce que nous avions à faire", a déclaré un des deux Américains, Aleksander Skarlatos. En août 2016, ils étaient en vacances. Parties civiles, ils tenaient tous à être présents au procès afin de "clore un chapitre de cinq ans". Le procès doit encore durer trois semaines et le verdict est attendu le 17 décembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un croquis lors du procès de l\'attentat déjoué du Thalys en août 2015, réalisé le 16 novembre 2020 au Palais de justice de Paris et qui montre les accusés, de gauche à droite : Ayoub El Khazzani, Mohamed Bakkali, Bilal Chatra et Redouane El Amrani Ezzerrifi.
Un croquis lors du procès de l'attentat déjoué du Thalys en août 2015, réalisé le 16 novembre 2020 au Palais de justice de Paris et qui montre les accusés, de gauche à droite : Ayoub El Khazzani, Mohamed Bakkali, Bilal Chatra et Redouane El Amrani Ezzerrifi. (ELISABETH DE POURQUERY / AFP)