Mort de Cherif Chekatt : les policiers qui l'ont neutralisé sont ceux "que vous voyez tous les jours dans les rues"

Yves Lefebvre, le secrétaire général Unité SGP Police FO a réagi jeudi sur franceinfo après la mort de l'auteur présumé de l'attentat de Strasbourg, abattu par la police.

Des policiers sécurisent le secteur de Neudorf, le quartier où Cherif Chekatt a été abbatu le 13 décembre 2018 à Strasbourg. 
Des policiers sécurisent le secteur de Neudorf, le quartier où Cherif Chekatt a été abbatu le 13 décembre 2018 à Strasbourg.  (SEBASTIEN BOZON / AFP)

"Mes collègues de Strasbourg étaient à flux tendu. Ils ont montré une fois de plus tout le professionnalisme de la police nationale", a réagi jeudi 13 décembre sur franceinfo Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat SGP-FO, après la mort de Cherif Chekatt, auteur présumé de l'attentat de Strasbourg. Il a été tué jeudi soir par des policiers de la BST, "des policiers de terrain", précise le syndicaliste.

>> Attentat à Strasbourg : Cherif Chekatt a été abattu par la police, suivez notre direct

franceinfo : Christophe Castaner a salué le travail de toutes les forces de l'ordre. C'est ce qu'il faut retenir ce jeudi soir ?

Yves Lefebvre : Mes collègues de Strasbourg étaient à flux tendu. Ils ont montré une fois de plus toute l'abnégation, tout le professionnalisme, tout le sang-froid de la police nationale, à tous les niveaux. La police nationale est une entité pleine et entière avec des unités ultraspécialisées. Ce soir, ce sont des policiers de terrain, ce sont les policiers que vous voyez tous les jours dans les rues, qui vont passer à la fois du différend familial, au véhicule mal stationné, au petit trafic de stupéfiant, à la rixe de voie publique.

Comment Cherif Chekatt a-t-il été repéré ?

Ce quartier était particulièrement surveillé. Il faisait l'objet d'un ratissage constant. Il était ciblé là. On avait des infos variées. À partir du moment où il y a un appel à témoin, on sait qu'il y a profusion d'appels de gens qui l'ont vu partout. Il faut tout analyser, tout vérifier. C'est une immense fierté pour le syndicaliste policier que je suis. Je suis encore plus fier d'être le syndicaliste à la tête de tous ces hommes et toutes ces femmes qui font preuve d'un sang-froid et de professionnalisme dans des conditions difficiles, avec un manque de reconnaissance, un manque de protection.

Comment appréhendez-vous la mobilisation des "gilets jaunes" samedi ?

Je reste solidaire des revendications légitimes des "gilets jaunes". Mais ceux qui appellent à manifester samedi, quand bien même il y a la fin du périple de Cherif Chekatt, c'est un appel à manifester digne d'abrutis et je pèse mes mots. Il y a le spectre du terrorisme. Il y a l'effet boule de neige quasi prévisible. Ce sont les mêmes qui ce soir vont applaudir les flics de Strasbourg, qui pour certains d'entre eux leur mettront des pavés ou des cocktails Molotov samedi. Il est temps de faire une trêve, d'analyser et de s'organiser. Samedi, on a mobilisé sur l'acte V des "gilets jaunes" 56 compagnies de CRS sur 60. La direction générale de la police nationale a annulé tous les droits à congés pour samedi prochain. Cela signifie que tous les policiers vont être à nouveau mobilisés. Avec ce qui s'est passé, le climat anxiogène est encore plus palpable dans la population.