Comment gérer l'état "d'urgence attentat" avec la mobilisation des "gilets jaunes" ?

La journaliste Audrey Goutard revient sur la forte mobilisation demandée aux forces de l'ordre ce dernier mois. 

FRANCE 2

Après la fusillade qui a eu lieu mardi 11 décembre à Strasbourg (Bas-Rhin), comment gérer cette "urgence attentat", avec une mobilisation accrue des forces de l'ordre et la gestion de la mobilisation des "gilets jaunes" ? C'est effectivement "demander beaucoup aux policiers", indique Audrey Goutard sur le plateau du 13 Heures de France 2. 600 policiers sont actuellement mobilisés dans la région de Strasbourg, dédiés à la traque du suspect de la fusillade. À cela, "s'ajoutent tous les marchés de Noël, toutes les manifestations qui feront l'objet d'une surveillance particulière, donc cela veut dire des effectifs déployés en plus", poursuit-elle.

"Ajouter de la fatigue à la fatigue"

Les militaires de l'opération Sentinelle vont également être renforcés. "Néanmoins, c'est ajouter de la fatigue à la fatigue. La semaine dernière, pour les manifestations des 'gilets jaunes', ils étaient 89 000 sur tout le territoire a être mobilisés", détaille Audrey Goutard. De plus, cette nouvelle mobilisation demandée "suscite une anxiété pour les policiers", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un policier dans la rue des Grandes Arcades de Strasbourg, mardi 11 décembre.
Un policier dans la rue des Grandes Arcades de Strasbourg, mardi 11 décembre. (SEBASTIEN BOZON / AFP)