Attaque à Rambouillet : une attaque au couteau tue une fonctionnaire de police

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Rambouillet : une attaque au couteau tue une fonctionnaire de police
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

Une fonctionnaire de police a été tuée, vendredi 23 avril aux alentours de 14 heures, à Rambouillet (Yvelines). L’assaillant a été abattu par les forces de l’ordre. Le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur se sont immédiatement rendus sur place, et le parquet anti-terroriste a été saisi. 

Vendredi 23 avril, une attaque au couteau à Rambouillet (Yvelines) a couté la vie à une fonctionnaire de police. Il est 14h20 lorsqu'un homme entre dans le sas de sécurité du commissariat. Il assène de deux coups de couteaux à la gorge de la victime, qui rentrait de pause. Malgré l’intervention des pompiers, la victime décède de ses blessures. Stéphanie M. était âgée de 49 ans et mère de deux enfants. "Des témoins ont entendu le cri "Allah Akbar" prononcé par cet homme avant qu’il ne soit neutralisé par un de nos collègues qui a fait feu", raconte François Bersani, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police des Yvelines.

L’assaillant inconnu des services de police

L’assaillant, inconnu des services de police, a été abattu sur place. Le parquet national antiterroriste s’est rapidement saisi de l'affaire. L’homme de 36 ans, de nationalité tunisienne et arrivé en France en 2009, était chauffeur livreur. Dans les rues de Rambouillet, les habitants accusent le coup. "On est désagréablement surpris. Dans une petite ville comme Rambouillet tranquille comme tout, voir un tel événement...", déplore un riverain. Le parquet a ouvert une enquête de flagrance sur les chefs "d'assassinat contre personne dépositaire de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste" et "d'association de malfaiteurs terroriste criminelle".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fonctionnaire de police tuée à Rambouillet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.