Attaque à Rambouillet : hommages et recueillements partout en France en mémoire de Stéphanie M.

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Attaque à Rambouillet : hommages et recueillements partout en France en mémoire de Stéphanie M.
FRANCE 2
Article rédigé par
A-C.Hinet, C.Gillard, O.Martin, S.Thomas, M.Renier, O.gardette, L.houeix, J-M.Noël, B.Parayre, M.Bitton, France " Rhône-Alpes - France 2
France Télévisions

Des centaines de personnes se sont réunies, lundi 26 avril en fin d'après-midi, devant la mairie de Rambouillet (Yvelines) pour rendre hommage à Stéphanie M., la policière assassinée vendredi d'un coup de couteau. Partout en France, les forces de l'ordre ont également salué sa mémoire.  

Stéphanie M., assassinée vendredi 23 avril dans le commissariat de Rambouillet (Yvelines) où elle travaillait, était une mère, une épouse et une fille. Face à la foule venue se recueillir, le mari et les deux filles de la policière se montrent dignes, bien que bouleversés. Les habitants de la ville sont venus en nombre. "C'est une femme, une mère de famille, et perdre sa vie comme ça…", s'émeut l'une d'eux. Stéphanie M., 49 ans, travaillait depuis 28 ans au commissariat. Ses collègues la décrivent comme discrète et joviale, appréciée de tous. "La ville de Rambouillet a perdu une part d'elle-même, la nation a perdu une femme exceptionnelle", a déclaré la maire de la ville, Véronique Matillon.  

Une minute de silence devant les commissariats  

Partout en France, les fonctionnaires de police ont observé une minute de silence devant leur commissariat. "On tenait juste à être là pour elle, à se souvenir, et puis ne pas oublier qui elle était, commente Christophe Pradier, délégué départemental adjoint UNSA-Police. (…) Elle travaillait dans un commissariat, et c'est pour ça qu'elle a été lâchement assassinée". Eux qui se sentent pris pour cible demandent désormais des actes forts, pour que leur collègue de Rambouillet ne soit pas morte pour rien.  

En parallèle, l'enquête se poursuit. "Trois hommes sont toujours entendus, il s'agit du père de l'assaillant et de deux de ses cousins", dont un "fiché S", indique la journaliste France Télévisions Charlotte Gillard, en duplex depuis Rambouillet lundi 26 avril. L'auteur aurait "agi seul" après s'être "radicalisé en ligne" sur les réseaux sociaux. Il était "suivi par des psychiatres" et "souffrait de délires paranoïaques" selon les informations de France Télévisions.   

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fonctionnaire de police tuée à Rambouillet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.