Vidéo Hommage à Samuel Paty : "J'attends du président de la République qu'il reconnaisse toute l'importance des enseignants", déclare Iannis Roder

Publié
Article rédigé par
Radio France

Iannis Roder, membre du Conseil des sages de la laïcité, était l'invité de franceinfo avant l'hommage national au professeur assassiné ce mercredi soir. 

Le président de la République doit prononcer un discours lors de l'hommage national mercredi 21 octobre à Samuel Paty, enseignant assassiné vendredi dernier à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). "J'attends du président de la République qu'il reconnaisse toute l'importance des enseignants en France", a déclaré mercredi sur franceinfo Iannis Roder, professeur d'histoire-géographie, membre du Conseil des sages de la laïcité.

>>> Assassinat de Samuel Paty : sept personnes ont été déférées pour être présentées à un juge antiterroriste. Suivez notre direct 


"J'attends des mots forts que j'ai déjà en partie entendus, mais j'attends aussi un hommage très fort aux enseignants parce que ce sont eux qui sont en première ligne sur ces questions-là", a expliqué Iannis Roder. "Ce sont eux qui, parfois dans la difficulté, doivent affronter les remises en cause, les remises en question, les contestations d'élèves et de parents aussi. Ce sont eux qui, parfois, ne sont pas toujours écoutés, ne sont pas toujours épaulés. Même si cela tend à changer aujourd'hui", a-t-il admis.

Un moment d'émotion sans lendemain ? 


"Si on regarde ces derniers jours, avec cette séquence qui vient de passer, on a l'impression d'un réveil", a expliqué Iannis Roder. Pour autant, il tempère son enthousiasme : "En 2015 aussi, j'avais l'impression d'un réveil. Et puis finalement, que s'est-il passé? Pas grand-chose. Voilà, donc j'ai peur que l'émotion une fois passée, nous retombions dans certains travers", a-t-il déclaré.

Iannis Roder doute d'ailleurs de l'utilité de la minute de silence, prévue dans les établissements scolaires dans deux semaines, à la rentrée des vacances de la Toussaint : "Il n'y aura plus d'émotion (...) Ce sera de toute façon compliqué, ça dépendra beaucoup de la classe, du collège", a-t-il estimé sur franceinfo.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.