Plusieurs syndicats d'enseignants organisent un rassemblement à Paris, dimanche, en hommage au professeur décapité

La rédaction de "Charlie Hebdo" a apporté son soutien à ce rassemblement qui doit se tenir place de la République à Paris.

La place de la République à Paris, le 8 mai 2020.
La place de la République à Paris, le 8 mai 2020. (MATHIEU MENARD / HANS LUCAS / AFP)

"Nous nous rassemblerons pour dire des choses simples et importantes." Plusieurs syndicats d'enseignants, des associations et la rédaction de Charlie Hebdo appellent à se rassembler à Paris, dimanche 18 octobre, pour rendre hommage à Samuel P., professeur d'histoire-géographie décapité près d'un collège vendredi 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Ce rassemblement "pour la liberté et contre la terreur" doit se tenir à 15 heures sur la place de la République. 

Il n'y aura pas d'interdiction de ce rassemblement, a indiqué la préfecture de police à l'AFP. "Je comprends cette initiative, j'y adhère. Si elle devait avoir lieu, j'irais évidemment à cette manifestation dans le respect des conditions sanitaires qui sont les nôtres aujourd'hui", avait affirmé à la presse le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, dans la matinée. "Nous devons montrer notre soutien à la République", avait-il ajouté.

"Il cherchait à préparer des jeunes à l'exercice de l'esprit critique"

D'autres rassemblements pourraient avoir lieu ailleurs en France, selon les organisateurs, SOS Racisme, la FSU, le Sgen-CFDT, l'Unsa-Education, la FCPE, le syndicat lycéen FIDL et l'association Dessinez Créez Liberté, avec le soutien de Charlie Hebdo.

"Victime d'un attentat perpétré au nom d'une conception dévoyée de l'islam, il était depuis plusieurs jours la cible d'une vindicte publique. Pourquoi cette vindicte ? Parce qu'il avait montré des caricatures de Mahomet dans l'une de ses classes où il étudiait avec ses élèves la liberté d'expression, écrivent les organisateur du rassemblement. Comme tout enseignant, il cherchait ainsi à préparer des jeunes à l'exercice de l'esprit critique, condition essentielle à une pleine citoyenneté."