Meurtre de Samuel Paty : la liberté d'enseigner, "un combat que nous ne lâcherons pas"

Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale Sgen-CFDT, était l'invitée du journal de 23 Heures de franceinfo, dimanche 18 octobre, pour réagir à l'assassinat de Samuel Paty, mort pour avoir enseigné la liberté d'expression.

franceinfo

Dimanche 18 octobre, de nombreux rassemblements en hommage à Samuel Paty, un professeur assassiné pour avoir enseigné la liberté d'expression, ont été organisés dans toute la France. Dans les cortèges, les enseignants étaient nombreux. "C'était une journée de très forte émotion, se rassembler était extrêmement important, à la fois pour honorer la mémoire de Samuel Paty, mais aussi pour montrer que nous partageons l'indignation, la colère, mais aussi la combativité contre le terrorisme islamiste", confie Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale Sgen-CFDT, sur le plateau du journal de 23 Heures de franceinfo.

"Cela fait partie des valeurs centrale de la République"

Des discours forts ont été entendus au cours des rassemblements, notamment en provenance de jeunes élèves. Les professeurs, eux, veulent conserver leur liberté d'enseigner. "C'est un combat que nous ne lâcherons pas. Cela fait partie des valeurs centrale de la République. Nous nous devons de défendre la liberté", poursuit Catherine Nave-Bekhti.

Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale Sgen-CFDT, était l\'invitée du journal de 23 Heures de franceinfo, dimanche 18 octobre, pour réagir à l\'assassinat de Samuel Paty, mort pour avoir enseigné la liberté d\'expression.
Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale Sgen-CFDT, était l'invitée du journal de 23 Heures de franceinfo, dimanche 18 octobre, pour réagir à l'assassinat de Samuel Paty, mort pour avoir enseigné la liberté d'expression. (FRANCEINFO)