Haute-Garonne : une lycéenne de 16 ans mise en examen après avoir insulté une enseignante abordant la question du voile

Cette adolescente risque jusqu'à six mois de prison. Tout est parti d'un cours d'éducation civique sur l'égalité femme-homme, où le port du voile a été évoqué.

Article rédigé par
avec France Bleu Occitanie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le lycée Pierre d'Aragon de Muret (Haute-Garonne). (GOOGLE STREET VIEW)

Une mineure de 16 ans a été mise en examen après avoir insulté une enseignante qui a abordé en cours la question du voile, au lycée Pierre d'Aragon de Muret, près de Toulouse (Haute-Garonne), a appris mercredi 21 octobre France Bleu Occitanie, confirmant une information de La Dépêche du Midi. Elle a été mise en examen par le juge des enfants pour "outrage à personne dépositaire d'une mission de service public dans un établissement scolaire", a précisé le parquet de Toulouse.

Un cours d'instruction civique à l'origine

L’enseignante d’histoire-géographie assurait, vendredi 9 octobre, un cours d'instruction civique à une classe de terminale professionnelle. Son cours évoquait notamment l’égalité entre les femmes et les hommes. Le débat a dérivé, à l’initiative des élèves, sur le port du voile. Le ton est monté à l’interclasse, et une des lycéennes s'est montré particulièrement insultante vis-à-vis de l'enseignante. "Une élève d’une autre classe est venue injurier la professeure, explique Philippe Destable, directeur académique adjoint de Haute-Garonne. Les personnels qui se trouvaient dans le couloir sont intervenus immédiatement." 

La professeure a déposé plainte pour outrage et dès le lundi le proviseur du lycée a pris des sanctions non seulement contre l’élève mais aussi de deux autres élèves.

Philippe Destable, directeur académique adjoint de Haute-Garonne

Dans cette affaire, l'assassinat de Samuel Paty a accéléré l'enquête. Carole Delga, la présidente de la région Occitanie appelle à la fermeté : "Il n’y a pas à avoir de menaces sur les enseignants, et bien sûr, il ne faut pas  céder. La laïcité, ce n’est pas la négation des religions. En France, on est libre de croire ou de ne pas croire mais cette croyance se fait dans la sphère privée."

La professeur insultée a porté plainte pour outrage. L'adolescente de 16 ans mise en examen risque elle jusqu'à six mois de prison et fait également l'objet d'une mesure de liberté surveillée. Elle fait aussi l’objet d’un renvoi temporaire de son lycée, ainsi que deux autres élèves en attendant leur passage en conseil de discipline.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.