Enseignant décapité : le professeur était visé par une plainte déposée par un parent d'élève

Le père d'une élève avait déposé une plainte pour "diffusion d'images pornographiques" car l'une des caricatures de Mahomet montre le prophète nu. 

Le collège de Conflans-Sainte-Honorine samedi 17 octobre, au lendemain de l\'assassinat d\'un enseignant par décapitation.
Le collège de Conflans-Sainte-Honorine samedi 17 octobre, au lendemain de l'assassinat d'un enseignant par décapitation. (BERTRAND GUAY / AFP)

L'enseignant assassiné vendredi 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) était visé par une plainte déposée par un parent d'élève le 8 octobre, a appris franceinfo de source proche de l'enquête, confirmant une information de BFM TV. Ce père d'une élève du collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine avait porté plainte pour "diffusion d'images pornographiques". Trois jours avant, le professeur avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, dont une où ce dernier était représenté nu, selon ce parent d'élève.

Entendu le 12 octobre par les policiers, le professeur a répondu avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves et a démenti la présence de la fille du plaignant ce jour-là dans la classe. Il a alors déposé plainte à son tour pour diffamation.

Au lendemain de la décapitation de l'enseignant, neuf personnes sont en garde à vue samedi 17 octobre.