Enseignant décapité dans les Yvelines : une mort très forte symboliquement

Vendredi 16 octobre vers 17 heures à proximité du collège du Bois-d’Aulne de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), un professeur a été tué par une individu de 18 ans, abattu un peu plus tard. Cet assassinat risque de traumatiser les enseignants.

FRANCEINFO

La victime est un professeur d’histoire dans un collège et il était âgé de 47 ans. Son tueur est un jeune de 18 ans qui n'était pas du tout connu des services de police qui luttent contre la radicalisation. Celui-ci a décapité un autre homme, un acte d’une barbarie extrême et très rare. Cela rappelle les exactions de Daech en Irak. Ce serait le premier mort lié directement à l’attentat contre Charlie Hebdo, dont le procès est en cours. En effet, le meurtre aurait été commis à la suite des republications du prophète Mahomet et du cours de ce professeur tué près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) vendredi 16 octobre.

Un choc pour les enseignants

C’est une manière de terroriser tout le corps enseignant. Le professeur est mort en voulant faire des enfants des citoyens libres qui vivent dans un monde libre. Nul doute que le traumatisme dans la communauté enseignante va être terrible. Ce sera compliqué de dispenser les mêmes cours. Cet assassinat est extrêmement symbolique. Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, tenant d’une ligne républicaine, va rencontrer les représentants des enseignants dès samedi matin.

(BERTRAND GUAY / AFP)