Enseignant décapité dans les Yvelines : 10 personnes sur 16 encore en garde à vue

Six gardes à vue ont été levées, mardi 20 octobre, dans l'enquête sur la décapitation de l'enseignant de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Les autres s'achèveront bientôt.

FRANCEINFO

Dix personnes restent en garde à vue dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (DGSI) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), mardi 20 octobre. Six gardes à vue ont été levées dans la journée. Selon les enquêteurs, les auditions se resserrent sur cinq collégiens qui ont reçu de l'argent de la part de l'assaillant pour identifier la victime devant le collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Connaissaient-ils le projet meurtrier ?

La police se demande s'ils étaient au courant du projet du tueur. La question se pose aussi sur le père de famille qui avait appelé à la mobilisation contre Samuel Paty. Le chauffeur qui a conduit l'assaillant de 18 ans d'Évreux (Eure) au lieu du drame est passé sur le gril. Mardi soir, le parquet antiterroriste doit décider de la présentation ou non devant un juge des dix personnes encore gardées à vue.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée de la DGSE à Paris, le 4 juin 2015. 
L'entrée de la DGSE à Paris, le 4 juin 2015.  (MARTIN BUREAU / AFP)