Attaque à Conflans : deux adolescents libérés, mais poursuivis pour "complicité"

L'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty continue mercredi 21 octobre. Parmi les sept personnes présentées devant un juge antiterroriste, deux collégiens ont recouvré leur liberté sous contrôle judiciaire, mais ont été mis en examen.

Mercredi 21 octobre, cinq adultes étaient présentés à un juge et entendus au tribunal de Paris. Tous sont soupçonnés d'avoir influencé ou aidé le terroriste présumé à assassiner Samuel Paty. Il y a d'abord Brahim C. un Algérien de 48 ans et père d'une élève du collège du Bois-d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Il avait porté plainte contre le professeur pour diffusion d'images pornographiques. Il avait appelé à la mobilisation contre l'enseignant sur les réseaux sociaux. Il aurait eu des contacts téléphoniques avec Abdoullakh Anzorov et aurait fourni le nom et l'adresse du professeur au terroriste.

Les deux mineurs remis en liberté

L'autre homme au cœur de l'enquête, Abdelhakim Sefrioui, 61 ans, est un militant islamiste fiché S. Il aurait encouragé le parent d'élèves dans sa cabale contre l'enseignant qu'il traitait de "voyou" sur les réseaux sociaux. Les deux hommes ont été déférés. Trois amis du terroriste sont aussi soupçonnés d'avoir facilité son passage à l'acte. Enfin, deux adolescents ont été mis en examen mercredi soir pour "complicité de meurtre", mais ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le palais de justice de Paris, le 22 septembre 2020.
Le palais de justice de Paris, le 22 septembre 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)