Assassinat de Samuel Paty : sept nouvelles personnes interpellées, soupçonnées d'avoir été en contact avec le terroriste Abdoullakh Anzorov

Les arrestations ont eu lieu à Angers, Toulouse, Lyon et en Seine-et-Marne, a appris France Télévisions de source judiciaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le dispositif de sécurité devant le collège du Bois d'Aulne à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où enseignait Samuel Paty, lors d'une visite du ministre de l'Education nationale le 2 novembre 2020. (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)

Près de trois mois après l'assassinat de Samuel Paty par un terroriste islamiste, l'enquête se poursuit. Sept personnes, âgées de 17 à 21 ans, ont été interpellées dans le cadre de cette enquête, mardi 12 janvier, a appris France Télévisions de source judiciaire, confirmant une information du Point et de l'AFP. Les arrestations ont eu lieu à Angers, Toulouse, Lyon et en Seine-et-Marne, selon cette source.

D'après une source proche de l'enquête, ces personnes sont toutes soupçonnées d'avoir été en contact avec Abdoullakh Anzorov, l'auteur de l'assassinat, sur des réseaux sociaux comme Snapchat et Instagram. 

Quatorze mises en examen jusqu'à présent

En décembre, cinq hommes âgés de 18 à 21 ans, et d'origine tchétchène comme l'assaillant, également soupçonnés d'avoir eu des contacts avec ce dernier, avaient été libérés à l'issue de leur garde à vue. Ils ne sont pas poursuivis à ce stade.

Quatorze personnes sont actuellement mises en examen dans l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty, 47 ans, décapité le 16 octobre près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves.

Parmi ces personnes mises en examen figurent six collégiens. Cinq d'entre eux sont poursuivis pour "complicité d'assassinat terroriste", accusés d'avoir permis à Anzorov, 18 ans, d'identifier le professeur. L'assassin avait été abattu par les forces de l'ordre après son acte.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.