Assassinat de Samuel Paty : cinq suspects face aux juges

Cinq adultes auraient apporté une aide logistique au jeune Tchétchène ayant tué l'enseignant Samuel Paty, entre Évreux et Conflans-Sainte-Honorine. Ils sont déférés devant la justice. 

France 3

Parmi les cinq hommes majeurs déférés mercredi 21 octobre devant la justice dans l'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty, deux sont soupçonnés d'avoir attisé la polémique qui a conduit à la mort du professeur. Il s'agit d'abord de Brahim C., le parent d'élève qui a mis en cause le professeur dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. C'est lui qui a partagé le nom de l'enseignant et l'adresse du collège. Son discours aurait influencé le terroriste. Dans le téléphone d'Abdoullakh Anzorov, les enquêteurs ont retrouvé une note reprenant mot pour mot les informations données par Brahim C.

Le professeur a été "désigné comme une cible" sur les réseaux sociaux

Abdelhakim Sefrioui, activiste salafiste placé en garde à vue samedi 17 octobre dans le cadre de l'enquête, a encouragé le parent d'élève dans sa vindicte contre Samuel Paty qu'il traite de "voyou" dans une vidéo filmée devant le collège. "Leur déferrement s'inscrit dans le cadre de l'analyse d'un lien de causalité directe entre leurs agissements et la mort de Samuel Paty", a assuré Jean-François Ricard, procureur du Parquet national antiterroriste. Le professeur a été "désigné comme une cible" sur les réseaux sociaux. Trois amis du terroriste sont également soupçonnés d'avoir facilité son passage à l'acte. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le palais de justice de Paris, le 22 septembre 2020.
Le palais de justice de Paris, le 22 septembre 2020. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)