DIRECT. Attaque au couteau de Romans-sur-Isère : un troisième suspect en garde à vue

Un troisième homme est en garde à vue depuis samedi soir dans l'enquête sur l'attaque au couteau qui a fait deux morts et cinq blessés. 

Des officiers de police à Romans-sur-Isère, après l’attaque au couteau qui y a fait deux morts, le 4 avril 2020. 
Des officiers de police à Romans-sur-Isère, après l’attaque au couteau qui y a fait deux morts, le 4 avril 2020.  (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS)
Ce qu'il faut savoir

"C'est encore l'état de choc", a réagi dimanche 5 avril, sur franceinfo, Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère (Drôme) où un réfugié soudanais a tué deux personnes dans une attaque au couteau hier et blessé cinq autres. "Le jour d'après ne sera plus jamais comme le jour d'avant", a commenté l'élue, informant que l'état de deux blessés qui se trouvaient dans un état critique s'est amélioré. 

L'auteur de l'attaque et deux autres suspects sont toujours en garde à vue au commissariat de Valence, avec des policiers de la sous-direction antiterroriste, la police judiciaire de Lyon et la DGSI, selon nos informations. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'affaire mais le transfert du suspect aux locaux de la sous-direction antiterroriste à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine n'est pas prévu pour aujourd'hui. 

Une troisième homme en garde à vue. Un troisième homme est en garde à vue depuis samedi soir, a appris l'AFP dimanche auprès du Parquet national antiterroriste (Pnat). Il s'agit d'"un jeune Soudanais qui résidait dans le même foyer, là où résidait le mis en cause" dans le centre de Romans-sur-Isère, a indiqué le Pnat. Cela porte à trois le nombre d'hommes en garde à vue : outre le suspect, un deuxième homme présenté comme "une de ses connaissances" avait été interpellé samedi, selon une source proche de l'enquête. "C'est en perquisitionnant" le logement de cette deuxième personne "qu'ils ont interpellé le troisième", a-t-on appris de même source. Tous les trois sont de nationalité soudanaise. 

Une enquête pour terrorisme. Le Pnat a ouvert une enquête samedi, notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Les premiers éléments de l'enquête sur le suspect "ont mis en évidence un parcours meurtrier déterminé de nature à troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur", de même source.

Un suspect inconnu des services de police. Le suspect est inconnu des services de police ou de renseignement français ou européens, toujours de même source. L'auteur de l'attaque a obtenu le statut de réfugié le 29 juin 2017 et un titre de séjour de dix ans en juillet de la même année. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #DROME

23h13 : Un dernier point sur l'actualité avant de fermer boutique.

• 8 078 morts au total, 357 décès de plus en 24 heures, retrouvez ici les derniers chiffres de l'épidémie en infographies.

• Le premier ministre britannique Boris Johnson, testé positif au coronavirus, a été hospitalisé pour passer la nuit en observation. Cela fait dix jours qu'il souffre de fièvre.

Est-on en train de se relâcher trop tôt avec les beaux jours ? Les autorités politiques et sanitaires tirent la sonnette d'alarme après avoir vu se multiplier joggeurs et promeneurs.


On en sait plus sur le profil du suspect interpellé après l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère qui a fait 2 morts et 5 blessés hier : l'homme n'était ni fiché S, ni suspecté de radicalisation, et c'est apparemment le confinement et le coronavirus qui l'ont beaucoup excité.

20h00 : Il est 20 heures, faisons un point sur l'actualité de ce dimanche soir avant d'aller applaudir à la fenêtre.

• Un premier chiffre encourageant dans le Grand-Est, une des régions françaises les plus touchées, avec une baisse du nombre d'hospitalisations. En Italie aussi, le nombre de morts a atteint un plus bas depuis deux semaines.

Est-on en train de se relâcher trop tôt avec les beaux jours ? Les autorités politiques et sanitaires tirent la sonnette d'alarme après avoir vu se multiplier joggeurs et promeneurs.


On en sait plus sur le profil du suspect interpellé après l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère qui a fait 2 morts et 5 blessés hier : l'homme n'était ni fiché S, ni suspecté de radicalisation, et c'est apparemment le confinement et le coronavirus qui l'ont beaucoup excité.


18h13 : Avec ces joyeusetés juridiques, le point de 18 heures va arriver en retard :-)

On en sait plus sur le profil du suspect interpellé après l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère qui a fait 2 morts et 5 blessés hier : l'homme n'était ni fiché S, ni suspecté de radicalisation, et c'est apparemment le confinement et le coronavirus qui l'ont beaucoup excité.

Est-on en train de se relâcher trop tôt avec les beaux jours ? Les autorités politiques et sanitaires tirent la sonnette d'alarme après avoir vu se multiplier joggeurs et promeneurs.

En France, 441 personnes sont mortes du Covid-19 en milieu hospitalier hier, un bilan lourd mais inférieur au triste record de la veille (588).Vous pouvez suivre ici l'évolution de l'épidémie en tableaux et graphiques.

17h17 : On en sait aussi un peu plus sur le profil de l'assaillant : l'homme était inconnu des services de police ou de renseignement, il n'était pas non plus fiché S ni inscrit au fichier des personnes en voie de radicalisation.

17h13 : Toujours selon nos informations, en garde à vue, le suspect a expliqué aussi qu'il était agité, n'avait pas dormi de la nuit et dit ne pas se souvenir de son passage à l'acte.

Tous les détails dans notre article.



(CLAIRE LEYS / RADIOFRANCE)

17h39 : Le colocataire de ce réfugié soudanais de 33 ans a raconté aux enquêteurs que le suspect était allé à l'hôpital la veille de l'attaque, car il pensait avoir le Covid-19, mais les médecins l'ont renvoyé chez lui. Le suspect est rentré très excité, toujours selon son colocataire. Les enquêteurs essaient de vérifier ces éléments.

17h11 : On en sait un peu plus sur le profil de l'assaillant qui a tué deux personnes et blessé au moins cinq autres à Romans-sur-Isère. Selon plusieurs témoins, l'homme était très agité... en raison du confinement.

15h59 : Faisons un nouveau point sur l'actualité de ce dimanche :

La situation reste dramatique mais le nombre de morts baisse pour le troisième jour consécutif en Espagne, où le virus a fait 674 victimes en 24 heures.


En France, 441 personnes sont mortes du Covid-19 en milieu hospitalier hier, un bilan lourd mais inférieur au triste record de la veille (588).

Une troisième personne a été placée en garde à vue après l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère, où deux personnes ont été tuées. Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

15h58 : Faisons un nouveau point sur l'actualité de ce dimanche :

La situation reste dramatique mais le nombre de morts baisse pour le troisième jour consécutif en Espagne, où le virus a fait 674 victimes en 24 heures.


En France, 441 personnes sont mortes du Covid-19 en milieu hospitalier hier, un bilan lourd mais inférieur au triste record de la veille (588).

Une troisième personne a été placée en garde à vue après l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère, où deux personnes ont été tuées. Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

10h42 : Le principal suspect de l'attentat de Romans-sur-Isère va être transféré à la sous-direction antiterroriste de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) aujourd'hui pour y être interrogé, confirme le parquet national antiterroriste à France Télévisions.

10h05 : Bonjour @Angie. Je pense que vous faites une confusion avec le maire d'une autre commune de la Drôme, Moras-en-Valloire, où le suspect a vécu un peu plus d'un an, jusqu'en janvier. Lui a effectivement confié sa surprise à franceinfo, car le séjour de cette personne dans sa commune s'était bien passé.

10h05 : Bonjour et merci pour votre travail. Hier, la maire n'a-t-elle pas dit connaître favorablement le suspect ? Pourquoi aujourd'hui dit-elle ignorer sa présence ?

10h00 : Marie-Hélène Thoraval affirme également sur franceinfo qu'elle "ignorait complètement" que le suspect s'était installé dans sa commune. Elle demande "de la transparence" aux associations qui aident au logement des réfugiés. Mais assure qu'elle refuse de polémiquer sur la question de l'asile : "Pour les personnes qui sont en mal de notoriété, qui se nourrissent sur le malheur des gens, je ne commenterai pas cette situation-là".

11h22 : "C'est très difficile pour des familles, puisqu'on est en situation de confinement. Cette règle s'applique évidemment à l'hôpital. Pas de possibilité de voir sa famille, d'avoir un échange, et de pouvoir se réconforter".

Sur franceinfo, la maire de Romans-sur-Isère a également évoqué la douleur des familles de victimes.

10h00 : Deux des cinq blessés, gravement touchés, ont vu leur état s'améliorer : leur pronostic vital n'est plus engagé, a annoncé la maire de Romans-sur-Isère sur franceinfo. L'attentat a également fait deux morts.

09h41 : Le parquet national antiterroriste révèle cette troisième garde à vue, débutée à 19h20 hier soir. Il s'agit d'un jeune résident du foyer où vivait le suspect. Comme les deux autres gardés à vue (l'auteur présumé de l'attaque et une de ses connaissances), il est de nationalité soudanaise.

09h39 : Un troisième homme a été placé en garde à vue dans l'enquête sur l'attaque au couteau à Romans-sur-Isère.

11h19 : Rappelons maintenant les principaux points de l'actualité :

441 personnes sont mortes du Covid-19 en milieu hospitalier hier, un bilan lourd mais inférieur au triste record de la veille (588). Au total, et en ajoutant le bilan le plus récent dans les Ehpad, 7 560 personnes ont perdu la vie en France à cause du coronavirus.

Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l'enquête sur l'attaque au couteau de Romans-sur-Isère, qui a coûté la vie à deux personnes et fait au moins cinq blessés hier. C'est notamment la perquisition chez l'assaillant, où ont été découverts des écrits islamistes, qui a entraîné cette décision.

La gauche britannique a un nouveau leader : Keir Starmer est devenu le chef du Labour, prenant la succession de Jeremy Corbyn, balayé aux dernières élections. Voilà ce qu'il faut connaître de lui.