Corse : une série d'incendies à Corte et Ajaccio, dans des établissements dont les propriétaires sont reliés à la mouvance autonomiste

Deux incendies criminels ont ciblé deux restaurants peu avant trois heures du matin. L'un deux est dirigé par le fils de Gilles Simeoni, le président de l'exécutif corse.

Article rédigé par
avec Fance Bleu RCFM - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le restaurant du fils de Gilles Simeoni, le président de l'exécutif corse, cible d'un incendie, le 4 décembre 2022. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Les pompiers corses ont été mobilisés dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 décembre pour lutter contre des incendies à Corte (Haute-Corse) et Ajaccio (Corse-du-Sud) visant des établissements dont les propriétaires sont reliés à la mouvance autonomiste, rapporte France Bleu RCFM. Aucun lien n'est établi entre ces incendies.

La concession automobile Mercedes de Baleone (située sur la commune de Sarrola-Carcopino, aux portes d'Ajaccio), appartenant au conseiller municipal d'opposition Jean-André Miniconi a été visée par un incendie lundi. Au moins sept voitures ont brûlé. Le parquet d'Ajaccio a ouvert une enquête de flagrance pour "destruction de biens par moyen dangereux".

Les pompiers sont intervenus aux alentours de 4h30 lundi pour des feux de véhicules situés devant le garage. Des caméras de vidéosurveillance ont montré deux individus en train de déclencher l'incendie, a appris France Bleu RCFM auprès d'une source proche du dossier. Une voiture a été retrouvée calcinée peu après, à Cauro, à une vingtaine de kilomètres d'Ajaccio. Les enquêteurs tentent de faire le lien entre les deux séries de faits. Les dégâts sont estimés pour l'heure à 450 000 euros, selon une source proche du dossier.

Des "bandes mafieuses qui sévissent depuis trop longtemps en toute impunité"

Deux garages du groupe Miniconi avaient déjà été visés par des incendies à deux reprises, en 2019. Le pyromane avait alors été condamné à cinq ans de prison par le tribunal judiciaire d'Ajaccio. Le collectif Maffia No A Vita ié, qui s'est constitué justement après ces incendies en 2019, dénonce dans un communiqué de presse "l'acharnement insupportable" subi par Jean-André Miniconi, "dont le seul tort est d'avoir développé une entreprise familiale à la sueur de son front". Le collectif pointe du doigt les "bandes mafieuses qui sévissent depuis trop longtemps en toute impunité". Il dit soutenir la demande du conseiller municipal d'opposition "dans sa demande de rendez-vous avec le préfet de Corse".

Le collectif juge par ailleurs "inquiétant" que deux restaurants aient aussi été visés par des flammes dans la nuit de dimanche à lundi à Corte. En effet, deux incendies criminels ont ciblé deux restaurants peu avant trois heures du matin, les dégâts sont jugés légers par le Service départemental d'incendie et de secours de Haute-Corse. Le directeur général de l'un de ces restaurants est le fils de Gilles Simeoni, président de l'exécutif corse. Le parquet de Bastia a ouvert une enquête pour "destruction par moyen dangereux".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Terrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.