Attentats à Paris : 150 personnes toujours soignées

Le bilan des victimes du 13 novembre monte à 130 morts. Un blessé à succomber à ses blessures. Florence Griffond rapporte la prise en charge des blessés dans les hôpitaux parisiens.

FRANCE 2

Une 130eme personne est décédée ce 20 novembre, un homme touché par balle lors des attaques de vendredi dernier. Devant l'hôpital Georges Pompidou où de nombreux blessés sont encore traités, Florence Griffond explique que la plupart des patients "souffrent de blessures par balle". Des personnes "opérées et souvent réopérées, c'est la particularité de ce type de blessure".

Des blessures physiques et psychologiques

On peut noter heureusement quelques miracles, un patient "qui a reçu une balle à seulement deux centimètres du cœur et qui s'en est sorti". La plupart des autres blessures sont des fractures, "à la jambe, à la cheville, au fémur, souvent compliquées par des lésions neurologiques", rapporte la journaliste. En plus des troubles physiques, il y a aussi des traumatismes psychologiques qu'il faut soigner. Tous les patients reçoivent ainsi un soutien psychologique, même si la reconstruction va prendre beaucoup de temps.

Le JT
Les autres sujets du JT